Bandeau
Ce forum est là pour permettre aux lecteurs de fantasy de discuter entre eux.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Dernières actualités des sites

[Brandon Sanderson] State of Sanderson 2019 [Terry Goodkind] Sortie de Heart of Black Ice
[WebFantasy] Migration des sites [Terry Goodkind] L'auteur vient de terminer Into Darkness
[Terry Goodkind] Le Siège de Pierre [Terry Goodkind] Les Enfants de d'Hara

#1 09-01-2011 02:45:14

Payns
Pseudo Maître Rahl
Lieu : Chez ma Mord Sith habituelle
Inscription : 25-01-2010
Messages : 2 098
1 an1 an1 an

Firefly & Serenity - Joss Whedon

Firefly

Juste à la sortie d'une soirée nostalgie où on s'est enfilé la série quasi en entier, je vois que j'avais oublié de faire un exposé spécial sur ce mini monument lol ....
Pour faire court, il s'agit d'une série "space opera" très originale interrompue prématurément malgré un engouement assez fort et un fan-cult développé, qui a eu en compensation droit à un film conclusion à budget conséquent (près de 3 fois le budget des épisodes produits) sorti sur grand écran en 2005, Serenity, aussi hautement recommandé.

Le papa de la série, c'est Joss Whedon, personnage éminent des comicon et du monde du comics US, surtout connu en France pour sa série phare, Buffy, et son spin off Angel, ainsi que pour Dollhouse, de moins grande audience, séries où tous les acteurs de Firefly ont fait un tour plus ou moins long, Whedon ayant un goût prononcé pour "ses" acteurs en général.

Et qu'est-ce que Firefly? Question séries, ce sont 13 épisodes de 40 minutes plus un pilote d'une heure et demie OU VOUS NE PERDREZ PAS UNE MINUTE DE VOTRE TEMPS!!!!!!

Synopsis
Firefly est le titre de la série, et fait référence au vaisseau dans lequel évolue les personnages, le Serenity, navire de la classe Firefly ("luciole"), un tas de boulons rouillés et de pièces détachées de seconde catégories dont la particularité est que, contrairement aux autres vaisseaux, le génie de la conception fait que c'est assemblé que cet engin vaut quelque chose, là où d'ordinaire, les pièces détachées valent plus lol .
Le Serenity est à la fois la scène principale de l'action, le vaisseau des héros, et un foyer pour ce petit groupe aussi hétérogène que complètement improbable de personnages hauts en couleurs en rupture avec l'univers tel qu'il est, et qui s'y reconstruisent comme une famille très recomposée lol .
L'univers est celui d'une civilisation galactique humaine récemment unifiée par une guerre ayant opposé l'alliance, le camp de la super civilisation avancée, généreuse, mais aussi ultra-régulée, aux autorités froides et désincarnées, au modèle général très normé, aux planètes frontières, mondes nombreux et très variés, souvent sauvages et terres de conquêtes aujourd'hui intégrées sous l'égide d'un gouvernement unique.

Le capitaine Malcolm Reynolds (Nathan Fillion, héros de Castle) est un ancien combattant anti-alliance qui a perdu sa foi avec la défaite de son camp, et entend aujourd'hui vivre comme il l'entend, ne répondre à personne et s'occuper de sa "famille", à savoir son équipage. Evidemment, ça ne suppose pas des jobs réguliers tongue , mais une accumulation de tafs douteux de transport, de contrebande, de "coups" plus ou moins risqués et rarement légaux, d'arnaques....

Ambiance, personnage
Là est le sel, là est la saveur, là est la série. Le contexte est donc avant tout ce monde des planètes frontières où Whedon a voulu faire un Far-West like dans l'espace: planètes en cours de colonisation plus ou moins avancée, lieux en tous genres où la technologie n'est pas forcément des plus présentes, où les lois s'appliquent peu quand elles existent, où le gouvernement central s'insinue graduellement sans encore contrôler beaucoup de choses, où les arnaques et le crime règnent, où tout le monde essaie de survivre.... Et où la liberté existe en fait encore par opposition au paradis ultra régulé et aseptisé que sont les planètes centrales ultra développées.
Et cet univers est vu au travers du camp des perdants de la guerre, aujourd'hui vus comme les "méchants" (ou juste comme des perdants), qui essaient de vivre selon les codes qu'ils ont jadis voulus défendre "en grand".
Malcolm "Mal" Reynolds: le capitaine, la figure central, sorte de Han Solo version "Vieux Sud" américain lol . Teigneux, individualiste forcené, rétif à toute autorité, magouilleur, mais avant tout petit malin qui n'a comme but que de maintenir en l'air son vaisseau et son équipage dont l'errance constitue au final pour lui le mode de vie idéal.
Zoe Washburn: second du Serenity, elle est la meilleure amie de Mal et son ancien compagnon d'armes pendant la guerre, souhaitant vivre comme lui.
Wash: le pilote, sorte de geek prodige à l'humour décalé, férocement amoureux de Zoë, sa femme
Jayne Cobb (Stephen Baldwin, un des personnages principaux de Chuck): gros bras peu sympathique et sans morale, parfois loyal parfois pur enfoiré, ramolli du bulbe et à l'humour pas fin, il est pourtant un personnage bien développé et étrangement attachant précisément à cause de ses limites.
Inarra Serra (Morena Baccarin, la méchante de V 2009): courtisane de très haute volée, elle loue un espace sur le Serenity pour aller de monde en monde dans le cadre de son "activité". Ses rapports houleux avec mal (dans le genre "je t'aime, moi non plus") sont une des épices de la série.
Shepherd Book: Pasteur errant au passé mystérieux, il a trouvé dans le Serenity son foyer et une réponse à ses attentes, lui qui ne souhaite pas de destination particulière.
Kaylee: la mécano du Serenity, fleur bleue et enjouée, très attachée à son capitaine, parlant avec les moteurs du vaisseaux beuh , et raide dingue de Simon.
Simon Tam et River Tam (Summer Glau, la petite terminatorette des Sarah Connor Chronicles): un brillant chirurgien issu du meilleur milieu des planètes centrales et sa soeur, enfant prodige ayant intégré un douteux centre gouvernemental où des expériences dévastatrices pour sa santé mentale ont été pratiquées sur elles et d'autres sujets. Son frère, au prix de sa fortune et de sa situation, l'en a fait évader et ils sont contraints à la fuite perpétuelle depuis.

Avis
Dur de faire un pitch qui évoque vraiment ce qu'est la série, parce que c'est avant tout une ambiance, un ton, une atmosphère, des personnages et leurs relations, un petit univers plein de personnalité qui veut parler de quelque chose; évidemment pas de grands thèmes philosophiques, mais qui, comme souvent chez Whedon, entend évoquer quelque chose au travers des codes du divertissement -du bon divertissement entendez- afin de transcender ce qui sinon serait au final une énième série très banale quel que soit son thème principal.

De la même façon, Buffy (du moins en VO) n'était pas une série parlant d'une ado tapant sur des vampires, ce thème principal (quoique non bâclé) servant surtout de support à des histoires d'individus, des situations et histoires réussies, et au final, à un ton général sachant mêler des intrigues avec du recul, de l'autodérision, de l'humour sur plusieurs registres....
Le point est que la qualité n'est pas tant dans les caractéristiques fondamentales (intrigues d'épisodes, effets spéciaux, stéréotypes, habitudes, recettes), quoiqu'elles ne soient pas bâclées, mais bien dans le reste: humour, atmosphère, ton général, thèmes sous-jacents, personnages, relations entre eux, personnages secondaires et "univers".... La série a du relief, du caractère, et l'idée n'est pas que les personnages doivent "gagner" à la fin ni qu'ils doivent être des gentils façon missionnaires qui répandent le bien et les saines valeurs dans l'univers roll , juste se démerder, survivre, rester une famille et être humains et libres, ce qui relève parfois de l'héroïsme ou en tout cas de péripéties pas piquées des vers. Et la nature de leurs activités garantit des retournements de situation fréquents  lol .

Je sais, beaucoup de texte, encore une fois tongue .... Et surtout pour une série de 14 épisodes seulement (et un film en plus quand même wink  lol ), mais à côté de toutes ces séries dont chaque épisode est une répétition constante et avec une limitation à un premier degré navrant et à des scénaris affligeants et incohérents, Firefly est à voir comme une oasis! Pas se méprende: j'adore Stargate SG-1 et encore plus Farscape dans le genre Space Op, et Babylon V a laissé une grande trace, mais ce petit truc là a vraiment quelque chose à part.

Dernière modification par Payns (09-01-2011 03:26:52)


Etre superstitieux est stupide. Ne pas l'être, ça porte malheur.
Je veux qu'on soit sincère, et qu'en homme d'honneur, on ne dise aucun mot qui ne parte du coeur
WANTED! Chat de Schrödinger. Mort ET vif
A la guerre comme en amour, on n'a de résultats qu'au corps à corps

Hors ligne

#2 09-01-2011 12:42:53

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Firefly & Serenity - Joss Whedon

Pour moi, Firefly, c'est (malheureusement) d'abord la série qui est en partie responsable de l'annulation de Dark Angel... siffle Alors j'en veux beaucoup à cette série et à Whedon. Ça doit être pour ça que je n'ai jamais regardé. J'avoue que ton post (oui, j'ai tout lu tongue ) me donne envie de mettre ma rancoeur de côté. Je me souviens très bien des photos promo, et j'espère que contrairement à l'impression qu'elles me laissaient, la série n'est pas kitsch (parce que les fringues et les couleurs, c'était quelque chose).

Une fois (récemment en fait), je suis tombée sur un "film" avec eux à la télé (enfin, j'ai reconnu Nathan Fillion et Summer Glau). Je suppose donc que c'était soit le pilote, soit le film de conclusion. J'ai pris en cours de route, j'ai essayé de suivre, et j'ai absolument rien compris lol (j'ai juste compris le principe de base d'une des scènes : grosse course poursuite à vaisseau dans un décor désertique). Ça, c'était l'anecdote. Je ne suis pas allée au bout, parce que c'est trop frustrant de ne rien comprendre.

Bon, je m'en vais tenter le pilote (ça me fait penser que j'ai toujours pas regardé le fin de Sarah Connor Chronicles d'ailleurs. Faudrait que je conclus tout ça avant de partir !).


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#3 09-01-2011 13:40:10

Payns
Pseudo Maître Rahl
Lieu : Chez ma Mord Sith habituelle
Inscription : 25-01-2010
Messages : 2 098
1 an1 an1 an

Re : Firefly & Serenity - Joss Whedon

a écrit :

Pour moi, Firefly, c'est (malheureusement) d'abord la série qui est en partie responsable de l'annulation de Dark Angel...

Vu la direction que prenait Dark Angel, vaut sans doute mieux ironique . Et question écriture, c'est franchement pas le même niveau.

Mais la série est vraiment à regarder en VO; avec, détail à noter, le fait que le "langage officiel" de cet univers est un anglais mâtiné de chinois, notamment pour les jurons lol .... Ce qui fait que parfois, des persos se lancent dans des tirades en mandarin dont la teneur générale n'est que trop facilement compréhensible tongue  lol .... Une manière plus marrante qu'une autre de contourner les directives frileuses de la télé ricaine sur les gros mots embaras04 ..... Un seul juron en anglais, "gorram" (version déformée de "godamn"), utilisé à tort et à travers, et procédé qui a inspiré les auteurs de Battlestar Galactica avec leur désormais célèbre "frack" lol ....

Dernière modification par Payns (09-01-2011 14:27:20)


Etre superstitieux est stupide. Ne pas l'être, ça porte malheur.
Je veux qu'on soit sincère, et qu'en homme d'honneur, on ne dise aucun mot qui ne parte du coeur
WANTED! Chat de Schrödinger. Mort ET vif
A la guerre comme en amour, on n'a de résultats qu'au corps à corps

Hors ligne

#4 02-10-2015 14:31:12

tkl
Weird Wizard
Le Troisième Royaume
Inscription : 29-08-2006
Messages : 3 962
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Firefly & Serenity - Joss Whedon

Episode 14 pour bientôt et ce fût un véritable plaisir de visionnage: Les histoires sont parfois bateau mais l'interprétation et la manière de traiter les histoires rendent chaque épisode particulièrement savoureux.
Un peu de mal sur les 2 premiers épisodes le temps de situer les personnages et d'assimiler le décor steampunk mais après, c'est un vrai billard tongue


They say man can't fly but wings of mind set you free from mankind

Hors ligne

Pied de page des forums

Accès aux sites :     WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson

Propulsé par FluxBB
Adapté pour WebFantasy.fr

[ Générées en 0.087 secondes, 13 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 708.76 Kio (pic d'utilisation : 732.45 Kio) ]