Bandeau
Ce forum est là pour permettre aux lecteurs de fantasy de discuter entre eux.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Dernières actualités des sites

#1 13-03-2012 13:35:04

tkl
Weird Wizard
Le Troisième Royaume
Inscription : 29-08-2006
Messages : 3 963
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Disciple de Diogène: billet blog du 20 avril 2008

20 Avril 2008 : Disciple de Diogène

L’autre jour, j’étais en train de m’habiller et j’ai expérimenté quelque chose d’étrange, quelque chose dont je n’arrivais pas à me souvenir de ne l'avoir jamais expérimenté.
Pour que ce soit clair, il faut que j’explique quelque chose d’abord.
Je suis un chercheur en sensations.
Certaines personnes avec ce trait de personnalité se dénomment chercheurs de "frissons" mais ce n’est pas vraiment mon cas.
Je ne ressent pas le besoin de sauter d’un pont où de faire de la plongée avec des requins.
Je ne suis pas un accroc à l’adrénaline- j’aime simplement expérimenter de nouvelles choses.
Et si vous avez mon type de curiosité particulière, il y a de nouvelles choses partout.
C’est en partie l’une des raisons pour laquelle j’aime rencontrer des gens et voyager. C’est pourquoi j’aime lire des livres, ce qui est comme rencontrer des gens sauf que vous n’avez pas à prendre de douche et trouver votre pantalon avant.

Humm…je sens que je pourrais être en train de donner la mauvaise impression.
Je ne parle pas de destinations exotiques.
Il y a quelques années j’ai vraiment aimé visiter une petite ville appelée Amherst- population : pas beaucoup. Ils avaient une belle rivière, et les serrures des boites aux lettres étaient vraiment cool. New York était intéressant aussi, mais malgré tous les sites et musés que j’ai vu, la chose que j’ai le plus aimé était les pigeons et les trottoirs. Les trottoirs de Soho sont vraiment super.

Il serait probablement plus juste de dire que je suis un accroc d’adrénaline avec des goûts simples. Si vous vous êtes baladés dans le Wisconsin et vu quelqu’un caresser ses mains sur l’écorce d’un arbre, où fixant intensément l’eau qui s’écoule le long des caniveaux sous un orage diluvien, il se pourrait bien que ce soit moi.

L’idée de tout cela est que je suis accordé pour ressentir les sensations de nouvelles expériences.

Il y a quelque jour donc, Je m’habillais.
Alors que j’avais à moitié mis mes chaussettes, j’ai réalisé que j’expérimentais quelque chose de nouveau…Mais même pour sauver ma vie, je n’aurait pas su dire ce que c’était.
Ca m’a pris quasiment une minute pour le découvrir : J’était assis sur mon lit pour mettre mes chaussettes.

Ce ne sont pas les chaussettes qui sont nouvelles.
Ce qui était nouveau c’est que j’étais sur mon lit pour les mettre.
D’habitude, je mets mes chaussettes debout.
L’une des raisons pour laquelle je le fait es que j’ai un équilibre de ninja que j’utilise dès que l’occasion se présente afin de ne pas émousser mes sens aiguisés du combat.
La principale raison pour laquelle je l’ai toujours fait de cette manière est que pour les 15 dernières années, je n’avais pas de lit.
Où je dors ? et bien à l’exception de quelques années sur un futon au lycée, j’ai toujours dormis sur un matelas au sol.
J’utilise des draps tout de même, je ne suis pas un animal. Je ne me suis juste jamais embarrassé d’assembler les autres parties qui vont avec le matelas pour faire un lit.

Alors que j’étais assis sur un matelas, je pensais. « Hum…C’est différent »,

Je viens de réaliser que vous avez sûrement une très inexacte idée de ce qu’est ma vie. Vous êtes à la fin de l’histoire, manière dire.

Il serait normal pour vous de penser que ma vie a toujours été aussi luxueusement riche de lits, de boissons au café très chic et de nourriture chinoise livrée directement à la maison .
Mais la vérité est que pour la majeure partie de ma vie, j’ai pratiqué la simplicité. En tant que philosophie, cela m’attire beaucoup.
Et, en bonus, quand vous ne vous inquiétez pas de gagner beaucoup d’argent, ça vous libère beaucoup de votre temps pour l’écriture.
La simplicité m’est venue naturellement au fil des ans. C’est facile quand vous n’avez pas beaucoup d’argent. Je vis chichement, déménage souvent, et me préoccupe peu d’habillement.
Merci de ne pas me comparer à Thoreau (Thoreau). Bien qu’il ait de bonnes idées, Thoreau était un peu un imposteur.

Non, depuis que j’ai étudié les philosophes grecs, j’ai fait de mon mieux pour suivre les pas de Diogène. L’homme qui a jeté son bol après avoir vu un garçon boire dans ses mains jointes, L’homme que Platon appelait, »Socrate devenu fou. » .
Brillant, amer, et pieds nus Diogène.

Ca veut dire que pour la majeur partie de ma vie adulte, je n’ai possédé qu’une paire de chaussure, un manteau, et un pantalon.
J’ai mangé énormément de ramens (NDT : Nouilles chinoises chaudes en bouillon).
Avant de vendre le livre, je ne payais jamais plus de 250$ mensuel de loyer, où plus de 10$ pour un meuble.
Attendez, non, c’est faux. J’ai payé 80$ pour un bureau en 98. C’était l’un de ces bureaux en aggloméré en kit à assembler soi même. Deux ans plus tard, j’ai déménagé et quand j’ai réalisé qu’il ne pouvait être démonté, j’ai arraché le plateau et l’ai posé sur deux étagères.
C’est ce que j’utilise toujours comme bureau. C’est là que j’écris actuellement.

Est-ce que je me fais comprendre ?
Non, probablement pas, sauf de dire que la vie est étrange, j’ai vécu la majeure partie de ma vie adulte pauvre et heureux. (Bien que je n’ai jamais été vraiment désespéré où totalement destitué de quelque manière que ce soit.)
Maintenant, j’ai un lit. Un vrai lit avec sommier à ressorts, un cadre, et tout. J’ai récemment acheté un lave-vaisselle.
J’ai une maison -  tout du moins un crédit qui a la forme d’une maison.

J’ai pensé et écrit toute la nuit.

Et, avant de me coucher dans mon nouveau lit dans ma nouvelle maison et faire un bon somme pour la journée, je vais sortir et acheter quelque exemplaires de l’édition de dimanche du New York Times.
C’est encore une chose que je n’avais jamais faite avant:
Je me demande combien pèsent trois exemplaires ?
Combien coûte le Times ?
J’achète, un journal du dimanche parce qu’il y a une page entière de pub pour le Nom du Vent ce jour.
Une pleine page couleur.
Et bien que je ne connaisse pas les chiffres précis, je pense que cette pub à du coûter à l’éditeur plus d’argent que j’en ai gagné en un an d’enseignement à l’université.
C’est terriblement flatteur.
C’est un geste de soutiens et de confiance très glamour.
Ca montre qu’ils croient réellement au livre.
Aujourd’hui, j’ai une pleine page couleur dans le New York Times, et ma vie est étrange.
Ce n’est pas  une mauvaise chose.
Après avoir posté cela sur mon blog, je vais prendre une douche, mettre mon pantalon et marcher pour aller en ville et acheter un journal du dimanche pour la première fois.
Le printemps est enfin arrivé ici dans le Wisconsin, et bien que les arbres soient encore sombres et sans feuilles, le sol a dégelé. Il fait presque 50° (NDT : Fahrenheit ) : Encore du luxe.
Plus que je n’en mérite.
Je vais fêter cela en laissant ma seule paire de chaussures à la maison et faire mon chemin pieds nus, en prétendant encore un peu que je suit toujours Diogène.


**Edit à 9H45 AM**

Premièrement, il s’avère que ce n’est pas une pub en couleur et en fait du coup je me sent mieux.

Deuxièmement, ils ne veulent vraiment pas vous laisser rentrer dans une épicerie si vous n’avez pas de chaussures.
Même si c’est juste pour acheter un journal.
Même si c’est juste pour une minute pour que vous puissiez acheter un journal dans lequel il y as une publicité pour votre livre à l’intérieur.
Si ce n’avait été pour la majestueuse autorité de ma barbe, je ne pense pas qu’ils m’aient laissé passer…

Troisièmement :
NYT-full-page-ad-735987.JPG

Whoot !
Pat


They say man can't fly but wings of mind set you free from mankind

Hors ligne

Pied de page des forums

Accès aux sites :     WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson

Propulsé par FluxBB
Adapté pour WebFantasy.fr

[ Générées en 0.061 secondes, 13 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 650.52 Kio (pic d'utilisation : 680.74 Kio) ]