Bandeau
Ce forum est là pour permettre aux lecteurs de fantasy de discuter entre eux.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Dernières actualités des sites

#1 10-07-2012 11:51:34

tkl
Weird Wizard
Le Troisième Royaume
Inscription : 29-08-2006
Messages : 3 963
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Pourquoi j’aime mon éditeur... [Blog]

Ou l'on en apprend plus sur l'auteur, le processus de la Peur du Mage et les relations auteur / éditeur:



En Janvier dernier, j’annonçait sur mon blog que je pensait que mon éditeur méritait vraiment une nomination aux Hugos.
Imaginez ma joie quand la liste des finalistes est sortie  et qu’elle était là sur la liste des nominés : Betsy Wollheim.
Quelque semaines plus tard, j’étais surpris de découvrir qu’en plus de 30 années en tant qu’éditrice, c’était la premières fois qu’elle arrivait finaliste.
C’est vraiment étonnant pour moi. Je veux dire, Betsy est éditrice en chef chez DAW, l’un des rares éditeurs que je connaissais avant que je ne me préoccupe d’être publié.
Elle n’était jamais nominée ?
Je pense que l’une des raisons pour laquelle elle n’a pas été remarquée est que bien que DAW est un super éditeur, ce n’est pas l’un des monolithe géant des affaires. En fait, DAW est l’un de très très rares éditeurs qui est toujours privé. Le père de Betsy à démarré en 1971. Le W de DAW est pour Wolheim.
L’autre raison pour laquelle je pense que Betsy n’a jamais été nominée, est qu’elle n’est pas vraiment dans l’autopromotion.
Je le comprends.
Etant du Midwest, je ne suis pas un grand fan de l’autopromotion moi-même.
Maintenant, avant que les gens tordent leur slip et commencent à pointer du doigt toutes les fois où j’ai été une vielle grosse prostituée de l’autopromotion, laissez moi clarifier.
Oui, je fait de la promotion. Faire de la promotion, est malheureusement, une grande parties de la vie d’un auteur publié.
Donc oui, je fais des signatures, je fais des lectures, je tiens un blog. Je vais aux conventions, participe à des conférences et parle d’écriture. Mais en général, c’est aussi loin que je suis prêt à aller. Je me rends visible dans l’espoir que si quelqu’un me trouve intéressant, alors il sera tenté de lire l’un de mes livres.
Ce que je ne *fais pas* est de courir partout en essayant de vendre mon livre.
Je n’essaye pas non plus de convaincre les gens que je suis génial. J’essaye *d’être* génial, en espérant que les gens remarqueront.
Peut être la limite est t’elle fine, mais je suis volontaire pour la marquer dans le sable.
De la même manière Betsy fait de la promotion. Bien sur qu’elle le fait. C’est encore * plus* une partie de son boulot que le mien. Elle met en avant des livres. Elle met en avant ses auteurs. Elle met en avant DAW.
Mais de manière générale, elle ne se met pas en avant. Donc je vais luis dédier quelque bon mots. Et je vais le faire des la même manières qu’a chaque fois, en racontant une petite histoire…



-------

A la fin de l’été 2007, j’étais à la limite d’une dépression nerveuse et je ne le savait même pas.
En surface, les choses étaient super. Le Nom Du Vent avait des critiques géniales. Les ventes étaient bonnes. Des pays étrangers achetaient les droits de traduction. Je gagnait de l’argent comme un adulte pour la première fois de ma vie, et l’ai utilisé pour acheter une maison avec ma copine.
En fait, les choses allaient si bien que je ne réalisais pas dans quelle misère j’étais.
Je faisais tout ce qui était possible de faire en promotion. Toute sorte de conventions. Toute les interview que les gens me demandaient.
Des lectures et des signatures à tout azimuth. Et, à chaque fois que les gens me demandaient pour le livre deux, je leur disait la même chose : j’avais un brouillon solide, et qu’il sortirait dans un an.
C’était en 2007, voyez vous.
Quand je me suis finalement assis pour écrire le deuxième livre, j’ai réalisé que le brouillon était bien plus rugueux que dans mes souvenirs.
En vérité, j’avais totalement concentré mon attention sur le Nom Du Vent pendant des années alors que le tome 2 attendait à prendre la poussière. Il n’était pas en grande forme quand je l’ai bien observé.
J’ai alors réalisé que j’avais beaucoup de travail à faire.
J’ai quitté mon travail d’enseignant, j’ai quitté l’enseignement de l’escrime à YMCA. J’ai quitté mes activités de conseil pour les féministes du lycée.
J’ai un peu tout quitté sauf l’écriture.
En plus de l’approximation de mon brouillon, mon autre problème est que je n’avais jamais écris avec une date limite avant.
Je sortait de 14 années d’écriture pour le plaisir, pour arriver directement  à best-seller, et ce dut être un ajustement mental énorme. J’étais aussi un peu un déchet émotionnel du fait que ma mère était décédée quelque mois avant que le livre ne paraisse.
Il n’y a pas que cela.
Je me souviens une nuit alors que j’écrivais frénétiquement, j’ai senti une douleur dans le torse et un engourdissement dans mon bras gauche.
Ma première pensée était un peu de surprise : « Je fais une attaque cardiaque ».
Ma deuxième pensée était du soulagement : "si je fais un arrêt cardiaque, personne ne pourra m’en vouloir si le livre a du retard ».
Sérieusement, c’était ma pensée immédiate.
Pas, « Oh merde, je vais mourir ! », Pas  « Je devrais appeler 911, » Même pas « Hey mec, je ne pourrai jamais cocher ‘plan à trois avec des catgirls’ de ma liste des choses à faire.

cat_girls.jpg
(A mon avis, ça aurait été dommage si je n’avais jamais utilisé cette image dans un blog)

Quoi qu’il en soit, l’idée c’est que lorsque vous êtes *content* d’avoir un arrêt cardiaque, c’est que quelque chose ne va pas dans votre tête.
Je n’en ai pas parlé à Betsy, bein sur. Parce que je suis un débutant et j’ai une peur bleue de ruiner mon unique chance avec mon éditeur pour de vrai. Donc je continue à lui dire que tout va bien, et elle continue de me demander de voir le brouillon du livre 2. Mais je repousse encore et encore. Encore un mois. Encore deux semaines. Encore quatre jours….
Finalement elle dit quelle *doit* le voir. Sérieusement, Maintenant.
Donc je lui envoie.
C’est en vrac. Les 100 premières pages sont bancales.
Pour montrer clairement la différence avec la vertion définitive :

1.Le manuscrit que j’ai donné à Betsy était plus court de 150 000 mots que la version imprimée.
2.Vashet n’éxistait pas. Du tout. Bredon n’existait pas. Du tout.
3.Il n’y avait pas de langage des signes des Adems. Pas de tak. Pas de rituel des anneaux à Severen.
4.Il y avait des chapitres entiers qui n’étaient pas plus que cela

Chapitre 31 : Titre
(Quelque chose arrive avec Ambrose ici)

C’était aussi grave que cela.

Quoi qu’il en coûte, je l’ai envoyé à Betsy, extrêmement nerveux.
Elle m’a appelé quelque jours après la voix grave disant, »Pat, c’est vraiment brouillon… »
J’ai dit, »Oui, je sais. Mais je peut le faire en quelque heures. »
Betsy me dit, »Ca va être *vraiment beaucoup* de travail. Il y a de vrais problèmes là dedans. Certaines parties sont vraiment faibles. »
J’ai dit, « Oui, mais je progresse bien pourtant. J’ai installé mon nouvel espace de travail et tout et tout ».
Elle dit, »Le deuxième livre se doit d’être solide, tu sais. Les gens attendent beaucoup. Cela va réellement déterminer le cours de ta carrière. »
J’a dit,”J’ai promis que le livre deux sortirai dans un an. J’ai juste besoin de taper dedans et écrire sans relâches les cinq prochain mois. Sans arrêts. Je peut le faire. »
Elle dit,”Ce n’est pas vraiment la manière don ton travaille fonctionne. Tu es un réviseur. Tu aimes avoir des commentaires de tes lecteurs et jongler avec les idées. Il n’y aura pas assez de temps si tu es encore sur le brouillon maintenant… »
J'ai dit,"Je l’ai pourtant promis. Et je l’ai planifié. J’ai écrit 14 heures par jours, et tant que je peu garder ce rythme… »
Elle dit,  « Je ne pense vraiment pas que tu pourrais faire ce livre aussi bon qu’il doit l’être. »
J’ai dit,  « Je le peut. Je sais que je peut le faire. »
Elle dit,”Je retire le livre du programme de production”
Je suis assommé sans voix, restant là dans ma cuisine. Je me sens soudainement…bien. Comme si quelqu’un se tenait sur mon torse et qu’il venait d’en partir. « Tu peut faire cela ? » lui ai-je demandé.
« Ouais, » Dit elle,  « Je le retire. Tu ne peux pas décevoir les gens avec un second livre. »
J’ai dit,  « Merci mon dieu. »

Je paraphrase un peu, bien sur. Après cela elle m’a donné la place dont j’avais besoin pour que je figure exactement ce que je faisais. Le temps de rassembler mes esprits. Lorsque je lui ai rendu un bien meilleur brouillon du livre, on s’est fâché sur les mauvais choix que j’avais fait, et nous les avons travaillés ensemble. En un mot, elle a sauvé ma carrière. Probablement sauvé ma relation avec ma santé mentale aussi. Inutile de dire que je pense le meilleur d’elle. Elle est une éditrice qui tiens à ses auteurs.
L’année dernière en avril elle a obtenu son premier NYT Best-seller. (Moi)
L’année dernière en octobre, l’un de ses auteurs à gagné le World Fantasy Award du meilleur roman. (Nnedi Okorafor.)
Et maintenant, après trente années dans le business, elle viens d’obtenir sa première nomination pour les Hugo.
Elle ne le dira jamais d’elle-même toutefois. C’est pourquoi je le dit pour elle.
A plus tard Cow-boys de l’Espace…
Pat


They say man can't fly but wings of mind set you free from mankind

Hors ligne

#2 14-07-2012 12:50:57

François
Archiviste
Oathbringer
Inscription : 21-08-2006
Messages : 14 152
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Pourquoi j’aime mon éditeur... [Blog]

Très intéressant de découvrir cette facette de l'écriture du second tome, je n'aurais jamais imaginé que ça ait pu se passer comme ça ! Et ça fait plaisir de savoir qu'il y a des éditeurs qui tiennent à leur auteur et au contenu de leurs livres, pas seulement à une date de sortie fixé "comme ça" pour que ça fasse bien dans le bilan financier (cf certain films)

Je ne sais plus d'où il sort ces "achievement unlocked", mais je suis toujours hilare en les voyant ironique

Hors ligne

Pied de page des forums

Accès aux sites :     WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson

Propulsé par FluxBB
Adapté pour WebFantasy.fr

[ Générées en 0.070 secondes, 15 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 684.25 Kio (pic d'utilisation : 705.23 Kio) ]