Bandeau
Ce forum est là pour permettre aux lecteurs de fantasy de discuter entre eux.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Dernières actualités des sites

#726 02-08-2011 23:40:32

Rikka
Marchombre
Légion
Inscription : 12-12-2009
Messages : 4 857
1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Captain America – The First Avenger

Une BA méchamment accrocheuse, un casting loin d’être dégueux et l’envie de constater de cette nouvelle adaptation Mavel sont autant de facteurs qui m’ont poussée à voir ce film lorsque l’occasion s’est présentée.

Que dire donc de cette production ? Un bon moment de passé et pourtant, c'est également une déception.

Commençons tout d’abord par les points positifs. Un rendu visuel d’époque très réaliste à l’heure de la 2nde Guerre Mondiale. Le gros plus du film vient donc de tout ce travail effectué autour de qui correspond à l'ambiance des années 40, tant au niveau des décors que des costumes, tous minutieusement travaillés. Une immersion d’autant plus facilité. Un début progressif qui nous permet de cerner avec précision la personnalité du héros, d’ailleurs extrêmement bien rendu à l’écran dans sa frêle attitude par les effets spéciaux (tellement bien que j’étais persuadée que l’acteur avait subit un régime drastique). L’acteur Chris Evans (Les 4 Fantastiques) est d’ailleurs très bon dans son rôle, avec une performance qui, si elle est loin de casser des briques, sonne juste. Hayley Atwell (Les Piliers de la Terre), qui campe quant à elle le rôle féminin de l’histoire, parvient à se débarrasser quelque peu de cette image de nunuche qui semble coller à toutes les femmes de ce style de film (mais ce n’est pas la révolution pour autant).

Quelques mots sur le méchant (alias tomate man…) incarné par Hugo Weaving (Matrix, Le Seigneur des Anneaux). Emballant au départ, on déchante assez vite. Outre une tronche des plus risibles (pouvais pas m’empêcher de pouffer à chaque fois qu’il apparaissait à l’écran ironique ) sapant totalement sa crédibilité, et nous amenant à se demander si le maquillage, comme l’époque du film, ne datait pas des années 40, le personnage en lui-même se voit manquer cruellement de profondeur. Affublé de répliques aussi grandiloquentes que tordantes ("mouahaha je vais dominer le monde demon !!..." => next please…), il ne parvient à remplir son statut de côté obscur de la force, lequel se voit de fait davantage incarné par les méchants secondaires de l’histoire.

Passé cela, je n’ai pas non plus trouvé une once d’originalité dans les dialogues, tellement fidèles au genre qu’ils l’incarnaient davantage comme une caricature qu’autre chose. L’envie soudaine de me cacher de honte derrière un coussin m’a parfois même titillée lors de certaines scènes surfaites. Bref, même si les acteurs étaient indéniablement bons, difficile de faire transparaitre de l’émotion en sortant des répliques bateaux du genre « accordez à Barnes  la dignité d’avoir eu sa propre volonté » (sortie lors d’un passage particulièrement tragique)… pitiiiié.

Ajoutons également un écho à mon ti coup de gueule récent, à savoir qu’ici aussi, mince ! (restons polis), faut crever pour avoir un baiser ? mad (phrase très constuctive qui donne tout de suite beaucoup de poids à ma critique lol). Je m’explique… Pendant les 2h que dure le film, le héros n’est même pas fichu de coller un smack à la belle de son cœur (raaah si pardon, y’en à un de 2s juste avant la réplique cultissime du film, j’ai nommé : « arrêtez-le ! »). Nan mais franchement, qu’est-ce que ça coûterait une tite romance potable hein ? Et pourtant, on gagnerait un chouilla de crédibilité et de maturité, ce qui ne serait pas du luxe. C’est d’autant plus frustrant que des scènes langoureuses à la mords-moi-le-nœud durant lesquelles ils s’échangent à la pelle des regards de cockers à faire fondre le pôle Nord, on ne les compte même plus (et parfois dans les situations les plus improbables… roll). Disons qu’à partir du moment où l’on décide d’inclure une romance dans un film, autant la construire correctement. Dans le cas contraire, c’est juste un boulet supplémentaire qui plombe d’autant plus le scénario. Je n’aurais pas chouiné s’il n’y en avait pas eu une, mais une mal faite, je râle tongue

J’ai également lu dans les critiques du net (d’ailleurs très élogieuses à son sujet  beuh  – business is business), qu’on redoute le fait que ce héros incarnant de trop près la perfection n’arrive à tenir la distance face à des Bruce Wayne ou Tony Stark. Mais je pense qu’au contraire, il a les armes pour rivaliser, même s’il respire à plein poumons ce nombrilisme arrogant à la mode américaine (en même temps, quand on s’appelle Captain America…). Cependant, au vu du traitement qui lui est accordé (monsieur pectoraux à gogo qui semble perdre son cerveau au moment même où il se voit affublé d’une paire de muscles), grand peine pour lui de trouver terrain où s’exprimer. 

Bien entendu, nous n’échappons pas au fameux combat final, lequel n’est pas sans rappeler un certain James Bond – Die Another Day. Mais dans sa globalité, sans trop de longueurs et avec une action bien dosée, il est plutôt bien réalisé.

Au final, rien de moins qu'un bon blockbuster pour un agréable moment de détente, mais qui est loin de parvenir à se hisser à la hauteur d’un Batman ou même d’un Iron Man. A voir si l'envie se présente, mais sans en attendre des masses wink


Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent - Gaston Rébuffat

Hors ligne

#727 03-08-2011 00:37:58

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Je l'ai vu aussi. J'étais pas spécialement intéressée, mais c'est plus que y'a le projet Avengers derrière, et du coup va falloir que je me fasse les deux Iron Man et Thor. Finalement, c'était mieux que ce que la bande annonce me laissait penser. Je m'explique.

Le héros est très sympa. OK, c'est une gentil 100% droit, mais dans un sens, c'est le tout premier. C'est le vieux modèle, de l'époque où les héros étaient 100% parfait et moraux. L'acteur enfile parfaitement le costume (dans les deux sens du terme d'ailleurs). C'est d'autant plus frappant que son rôle de La Torche dans Les 4 Fantastiques le montrait sous un autre aspect. Et il a assuré les deux rôles avec brio. Franchement rien à redire (si ce n'est que la gonflette était quand même un peu too much à ce stade). Je crois que c'est celui que j'attendrai le plus au tournant dans les Avengers.

Le méchant est naze. Pas la faute de l'acteur : la faute aux dialogues effectivement. Et puis c'est vrai que la tête rouge n'aide pas à le rendre crédible. Même son aspect tête de mort ne fait pas peur. C'est dommage d'avoir un aussi bon acteur pour un rôle aussi bancal. Malgré tout, je ne pointerai personne du doigt. Certes, les dialogues auraient pu aider à rendre la chose meilleure. Mais il rentrait dans le stéréotype du 100% méchant (parti des nazis d'ailleurs) à remettre dans le contexte de l'époque et de la guerre, et surtout à pouvoir opposer à Captain America. Le bien contre le mal.

J'en arrive donc au problème principal, qui a mes yeux, explique pourquoi le film ne peut pas décoller. Ils ont voulu adapter un vieux comics en gardant l'esprit "le premier avenger" et en le laissant dans son temps. Mais ce qui marchait à l'époque (le 100% gentil et parfait, contre le 100% méchant et mégalo) ne correspond pas à ce qu'on attend d'un héros ces derniers temps. En ce moment, la vague de succès, c'est  les Batman de Nolan, dans un monde sombre, mais où tout n'est pas noir ou blanc. Forcément, dans le contexte actuel, le pauvre Captain America, il galère un peu beaucoup.

Mais pourtant, le film se laisse parfaitement suivre, malgré un costume kitsch, largement atténué et presque rendu classe, malgré une histoire ultra convenue et manichéenne, et malgré un méchant complètement navrant. Je veux dire : chapeau aux gens qui ont bossé sur le film. Ils ont quand même fait un bel effort pour avoir un rendu qui fonctionne avec un matériel pas forcément le plus adapté à la mode actuelle.

J'ajouterais qu'en plus, la copine du héros est la moins cruche de toutes celles que j'ai vues dans les films du genre, et c'est pas facile. Elle est obligée d'aller à fond dans le stéréotype du grand "gniark, je mords !!! demon ". Mais elle fait comme les autres personnages et elle le fait bien. La romance qui reste légère ne m'a pas dérangée, peut-être à cause du contexte militaire où c'était assez prévisible.
Les effets spéciaux et les décors étaient bien faits. Les images étaient propres sur elles bien sûr. Mais ça se laissait très facilement regarder, pour un agréable moment.

Alors oui, c'est pas du tout révolutionnaire, et non ça ne marquera pas le film de super héros. Mais au moins, ça n'y fera pas tâche, chose délicate vu le sujet "pro-USA" de base. Donc je pense toujours qu'ils ont fait ce qu'ils ont pu. Je dis pas que ça aurait pas pu être mieux, mais au moins, on est passé à côté de la catastrophe. Et puis j'ai quand même hâte de retrouver Steve dans les Avengers, donc c'est un bon signe.

Reste que cette année, je suis quand même déçue que tous les regards se soient tournés vers Captain America et Thor, là où Green Lantern m'a paru 100 fois meilleur (malgré l'énorme ramassis de clichés qui allait avec. Et puis, c'est peut-être uniquement moi pour ce film que j'ai adoré sans savoir pourquoi tongue ). Donc, ça vaut pas Green Lantern en 2011, ça n'est pas aussi bien adapté à l'époque que les géniallissimes Batman de Nolan en général, et ça ne pourra pas égaler l'excellente franchise cinématographique des X-Men (toujours indétrônable en matière de super héros à mes yeux, car assez éloignée du concept du bien et du mal).

Dernière modification par Cara (03-08-2011 00:39:03)


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#728 10-08-2011 08:14:45

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Gran Torino : Un très beau film où un vieillard aigri et solitaire finit étonnamment par se lier d'amitié avec ses voisins hmongs. Les acteurs sont tous plus convaincants les uns que les autres, et les personnages sont criants de vérité. On apprend vite à les aimer, peut-être moins le personnage principal vu sa sympathie pas vraiment débordante (à premier abord). Tous les événements du film s'enchaînent de manière logique et amènent des moments drôles, touchants ou carrément tristes à pleurer et vider le paquet de Kleenex. Bref, un très beau moment, et ce malgré la dure réalité des quartiers à communauté et à gans qui est dépeinte !


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#729 10-08-2011 09:21:59

Orion
Chat
Le Héros des Siècles
Lieu : Ville de Québec
Inscription : 29-12-2007
Messages : 10 428
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Ouais c'est du grand Clint Eastwood, comme toujours  jap  Quoique j'ai plus aimé encore son film précédent "Million Dollars Baby" !


« Nous avons la liberté de nous aimer nous-mêmes et la liberté d’aimer la vie, mais nous avons aussi la liberté de trouver des excuses pour ne pas le faire. L’amour, c’est la chose la plus importante au monde, et pourtant on ne l’enseigne pas à l’école. Même pas une heure. »
- Patch Adams

Hors ligne

#730 11-08-2011 17:48:11

Surfinachju
Seigneur des Rivières
Lieu : Au delà des monts
Inscription : 01-08-2011
Messages : 43
1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

Un grand film effectivement, où l'on fait enfin confiance à l'intelligence du spectateur pour comprendre certains aspects du film. Les caractères sont bien trempés, les évènements s'enchaînent, ainsi que les duels. Chaque personnage est à la fois bourré de clichés mais particulièrement unique; comme le jeune prêtre du quartier qui sous sa frêle apparence apparait courageux même face à Eastwood. Clint d'ailleurs que vous aimerez sans doute assez vite malgré son personnage bourru mais ô combien compréhensible.

Sans parler de l'humour régulier que vous trouverez dans ce film, comme par exemple cette scène hilarante où le personnage principal doit protéger une jeune fille puis la ramener chez elle (sans faire de spoils  lol )

Hors ligne

#731 11-08-2011 20:29:07

Mickuss
Seigneur Drakhaon
Lieu : Paris
Inscription : 01-10-2008
Messages : 1 678
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

C'est étrange. Gran torino j'ai du me faire violence pour finir le film tellement je me faisais ch..., disons que je me suis ennuyé terriblement. Il n'y a que la fin qui rattrape un peu le film à mon goût. J'ai trouvé le tout trop surjoué, des personnages tellement caricaturaux (certes ça existe mais là cela faisait vraiment cliché) que ça les rendait inintéressants voire carrément dérangeants.


“A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one.” G.R.R. Martin

Hors ligne

#732 13-08-2011 20:26:00

Rose
Amoureuse
Lieu : Poitiers
Inscription : 08-06-2011
Messages : 167
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Super 8: Été 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu'ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d'une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu'il ne s'agit pas d'un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer.

Je donnerais 3/5 à ce film. Car c'est encore une production américaine, il y a encore du "boum, explosion" partout d'une durée interminable, il y a encore un extra-terreste..

Spoiler Film, cliquer pour lire
D'ailleurs un extra-terreste dont on ne sait rien, qui est pendant les 3/4 du film méchant, il bouffe tout le monde, fait un massacre, avec des scènes super gore. Puis le montre devient gentil à la fin, elle devient compatissante, on a pitier d'elle, puis on devrait être contente qu'elle rentre chez elle. On ne sait absolument pas quelle pouvoirs magique elle a, puis si forte qu'elle semble être je ne vois pas pk elle a attendus de se faire prendre, avec la force qu'elle a aussi ... Et on sait pas ce qu'elle fait sous terre et encore pk elle kidnappe des gens ..

un scénario qui aurait pûs être plus travaillé .. On a encore une démonstration de force de la force armée américaine, on a encore le gentil petit flic de la ville, on a encore des clichés ... Bref un film qui ma déçue assez fortement.
Mais on en a plein la vue encore une fois, ce film arrive tout de même a nous encré dans l'histoire, on a un suspense étonnant, on a un film filmer parfaitement, on a une histoire charmante entre les jeunes, on a surtout une actrice que j'aimerai revoir Elle Fanning qui joue le rôle d'Alice, on a un époque que j'affectionne tout particulièrement, des scènes formidable de violence ou d'émotion, et c'est tout de même un film bien globalement.

Dernière modification par Rose (13-08-2011 20:30:04)


Une rose n'a d'épines que pour celui qui ose la cueillir. 
        Une chose de belle est une chose où aucuns détails ne doit être enlevé ou modifié
              Les pensées intimes qui s’infiltrent dans le cerveau de l'être humain restent enfouies dans ses profondeurs et n'émergent jamais.

Hors ligne

#733 18-08-2011 07:10:17

Quintus
Prophète
Lieu : Pas loin de cholet
Inscription : 11-07-2010
Messages : 179
1 an

Re : Les films que vous voyez

Pour captain america, j'ai trouvé assez drôle un truc sur votre discussion à ce sujet, c'est qu'on a l'impression au final que le film a été fait à l'époque où se passe l'histoire ^^ Et c'est une peu le problème du film, à mon sens.
Je veux bien que dans les années 50, le concept "tout blanc" contre "tout noir" pouvait marcher, mais c'est une film du XXIème siècle, où le tendance est plus sur l'anti-héros torturé dans un monde sombre (ça fait un peu dark fantasy, dit comme ça, non ?). Pourtant, même dans les années 50, tout n'était pas tout blanc ou tout noir, on aurait donc pu voir un captain america avec une psychologie plus aboutie (et celle d'un enfant de coeur de 8 ans) évoluant dans un monde qui ressemble à quelque chose...
On peut en dire autant du "super méchant"... entre guillemets car je trouve que ça correspond bien à se qu'ils ont fait de l'ennemi mortel du héros, dans tout se que ça peut avoir de péjoratif, grotesque et enfantin.


Bon, je m'écarte, car à la base j'étais pas du tout venu parler de ça ^^.

Les derniers films que j'ai vu (une trilogie) :

Samurai, la légende de musashi
Takezo, jeune homme au tempérament fougueux et escrimeur aspire à se faire un nom, à devenir quelqu'un. Dans ce but précis, il s'engage dans la fameuse bataille de Sekigahara au coté de son meilleur ami Matahachi contre Tokugawa Ieyasu, le puissant daimyo d'Edo. Vaincus et laissés pour morts, les deux amis désertent le champ de guerre et partent trouver refuge chez une mère et sa fille. Aguicheuse, la mère parvient à convaincre Matahachi de la suivre, brisant ainsi ses liens avec Otsu, sa fiancée restée à l'attendre au village. Afin de soulager la famille de son ami d'un eventuel deuil, Takezo rentre au village où, recherché, il va faire la rencontre d'un moine aux habitudes peu commodes qui va l'ammener à pratiquer l'autodiscipline et à suivre la Voie du Sabre.

Info :
- trilogie de film s'inspirant des livres "Musashi" écrit par Eiji Yoshikawa ("La Pierre et le Sabre" et "La Parfaite Lumière"), sorti en 1954 (oui, je suis un grand malade ^^).
- au cas où certain se pose la question à cause du synopsis, son vrai nom (à l'origine) est Takezō, Miyamoto Musashi est le nom qui lui fut donner lorsqu'il devint samuraï. Miyamoto étant le nom de son village de naissance et Musashi, une autre façon de lire les idéogrammes écrivant Takezō (source wikipérida).


Je les ai regardé en sous-titré (des samuraïs qui parlent français, ça fait con).
Mon avis (même si je doute que beaucoup de ceux qui me liront les regarderont un jour ^^) :
Les films n'ont pas trop mal vieilli dans leur ensemble (c'est pas du HD, non plus, mais ça agresse pas visuellement malgré les années). Ceux qui connaissent le cinema asiatique remarqueront que finalement, ça n'a pas tellement évolué depuis, il y a des longueurs, avec ou sans discours (voir des monologues). Les dialogues datent un peu, mais reste dans l'esprit de l'époque, et finalement, ça ne choque pas vraiment.
Bon, années 50 oblige, les rôles féminins sont stéréotypés à mort et pas franchement valorisant pour les femmes.
Et il est sympa de voir un Kojirō Sasaki sympathique (pas de gentil vs méchant).

Pour se qui est des combats (c'est un film de samuraï quand même), c'est propre, jouant sur le style plus que sur l’hémoglobine (même s'il arrive que certain coup fasse pensée au combat de legend of the seeker, ça reste rare). Les jeux de postures sont bien faites, les chorégraphies sont tout à fait crédible, et on pas de super saut de 30 mètres qu'on voit partout dans les film japonnais maintenant.

Le scénario, étant adapter de livres, tient la route, en respectant beaucoup d'élément historique, mais en incluant aussi des éléments imaginaires (et qui foutent pas mal de doutes à beaucoup de gens, vu que les oeuvres sur musashi sont pas légion, hors japon).

Pour finir, je pense que la majorité des gens n'y trouveront pas leur compte. Etant fasciner par l'univers des samuraïs (et des ninjas, j'avoue ^^), j'ai passé un moment agréable avec cette trilogie.
Film que je conseil donc à tout ceux que qui sont fans du japon féodal.


Quintus


"Dans notre édition d'hier, une légère erreur technique nous a fait imprimer les noms des champignons vénéneux sous les photos des champignons comestibles, et vice versa.
Nos lecteurs survivants auront rectifié d'eux-même". P. Desproges.

Hors ligne

#734 30-08-2011 13:07:24

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Death At A Funeralcoeur  coeur  coeur

Cette comédie britannique sortie en 2007 parle d'un enterrement comme l'indique son nom (mais je vous jure que le film est hilarant !). C'est donc l'histoire de Daniel qui enterre son père et reçoit toute la famille et les amis à la maison. Dans le lot, il y a son frère écrivain à succès reniant un peu la famille, l'oncle Alfie tout aigri, l'incompris qui se fait accuser à tort, la cousine stressée, avec le dragueur lourdingue qui ne la lâche pas et son futur mari qui se retrouve malencontreusement drogué, à cause du petit-fils à l'air tout respectable et innocent lol . Sans compter sur la présence d'un mystérieux nain que personne ne connaît...

Les enterrements, c'est les déchirements pour l'héritage, les incompréhensions, les tensions entre membres et générations, les alliances et toutes ces petites histoires, que l'on n'attend pas à voir ressortir lors d'un enterrement. Et pourtant !!! Tout y passe. C'est un régal du début à la fin !! Franchement, je ne peux que le recommander. Je n'avais pas envie de le voir a priori, mais je ne l'ai absolument pas regretté, et je me repasse en boucle certaines scènes maintenant !! tongue

Bande Annonce UK (VO -pas trouvé de VF) : http://www.youtube.com/watch?v=neCY4hh1wJg
Extrait (VF) : http://www.youtube.com/watch?v=geJPcI3DMIg

Il y a eu un remake américain en 2010 avec entre autres Zoë Saldana et James Marsden. Je ne l'ai pas vu, mais après avoir lu la version britannique (l'originale), je n'y vois qu'un remake plus lourd pour coller à l'humour moins subtil des Américains. Et on dirait qu'en général, on retrouve quand même exactement les mêmes événements (si je le vois un jour, ce sera juste pour James Marsden, que j'ai toujours admiré -excellent dans Enchanted coeur En plus, il a hérité du rôle le plus marrant).

Bande Annonce US (VO -pas trouvé de VF non plus) : http://www.youtube.com/watch?v=p-8Vkztaww4
(le titre français du remake est apparemment "Panique aux funérailles")


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#735 27-09-2011 12:31:55

ChoupynettEcarlate
Elfe
Lieu : En Aydindril
Inscription : 03-08-2010
Messages : 1 968
1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

The social Network est un film de David Fincher sorti en 2010.

Synopsis :

Lors d'une soirée d'automne en 2003, Mark Zuckerberg, véritable génie de la programmation informatique et étudiant de premier cycle à l'université Harvard, s'est assis devant son ordinateur et s'est mis à plancher avec fougue sur une nouvelle idée.
Ce qui a commencé comme un déchaînement de programmation informatique dans un dortoir est rapidement devenu un réseau social global et une révolution en matière de communication. Six ans et 500 millions d'amis plus tard, Mark Zuckerberg est le plus jeune milliardaire de l'histoire. Mais pour cet entrepreneur, le succès est aussi synonyme de problèmes personnels et légaux.
(Source : wikipédia)

J'ai vraiment trouvé ce film intéressant car on découvre comment le phénomène Facebook est né et ce qui en a découlé pour le fondateur. Entre argent, pouvoir et amitié, les choses se sont enchaînées à telle vitesse qu'il est possible de se poser la question : qu'aurais-je fait à sa place?
Loin de le juger, on l'admire pour son génie et on le déteste pour son arrogance et son manque de sociabilité vis à vis d'autrui.

On découvre en même temps que certains personnages (grâce aux nombreux flashbacks) l'ampleur du mouvement et comment d'une simple chambre d'étudiant, Facebook est devenu le réseau social que l'on connait.

Le film ne manque pas d'aplomb et mérite ces nombreuses récompenses, à noter la présence d'Andrew Garfield (le futur Spider-man) dans le rôle d'Eduardo Saverin, co-fondateur de Facebook et directeur financier de la structure.

Un bon moment en perspective...


- Vous avez dit vouloir vous lier à moi, abandonnant de ce fait l'immortalité de votre peuple.
- Et c'est ce que je ferai. Je préfère partager une existence humaine avec vous qu'affronter tous les âges de ce monde toute seule. Je choisis une vie mortelle.
- Vous ne pouvez m'offrir cela.
- C'est à moi de décider à qui offrir ma vie... tout comme mon coeur.

Hors ligne

#736 26-10-2011 05:00:29

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Elizabeth : Après avoir regardé le film sur les soeurs Boleyn, et le film sur la jeune Victoria, je me suis lancée dans celui sur Elizabeth. Je me suis plus ennuyée devant celui-ci que celui de sa consoeur du XIXème siècle. Pourtant, les deux films font à peu près la même chose : retracer les débuts au trône des deux plus grandes reines que l'Angleterre a connues. Les deux sont très centrés sur leurs problèmes de coeur, leurs difficultés à s'imposer en tant que femmes et que jeunes. Et pourtant, le film sur Victoria m'a paru aussi léger qu'une plume. Pas celui-ci !

Je crois que le problème de départ pour moi est que je connais assez bien le règne d'Elizabeth pour l'avoir étudié en long, en large et en travers en khâgne. Du coup, j'ai eu tellement l'impression que le film faisait l'impasse sur des questions bien plus importantes que son petit coeur (religion, économie, et même le peuple, parce qu'Elizabeth a beau en parler de son peuple, on ne le voit pas). Certes, la façon dont elle va finir par tout sacrifier pour son pays est magnifiquement bien interprété et rendu, mais quand même, c'était trop brodé sur la romance. Je suis vraiment mitigée.



Une semaine sur deux : Un film français assez sympa sur les couples divorcés et les effets sur les enfants. C'est sympa au début, puis c'est super chiant sur la grosse dernière demi heure. Déjà, les enfants sont trop matures pour des gamins de 6-7 ans et 12 ans (enfin, surtout la gamine). Si c'est la réalité, ça fait peur ! Ensuite, la fin du film est constituée d'allers-retours incessants entre "vont-ils se remettre ensemble ?" / "vont-ils rattraper leurs nouveaux amoureux/ses ?". Le film n'arrête pas d'alterner, comme si c'était du super suspense, sauf qu'ils ont oublié que c'était un simple petit film sans prétention, et pas un gros thriller. C'était vraiment lourdingue, et c'est dommage, parce que j'en aurais eu une impression plutôt positive sans ça.



The wizard of Oz : Voilà, j'ai vu mon classique. C'est kitsch à mort, surjoué à souhait, mais c'est finalement assez sympa (sauf à la fin qui s'étale un peu trop). Et puis, le fait que ce monde soit totalement imaginaire l'aide à passer encore assez facilement. J'arrive pas à le remettre en contexte. Evidemment, ce ne sera pas un incontournable pour moi l'ayant vu fin 2011. Mais je reconnais ne pas trop m'être ennuyée devant, malgré le kitsch et l'histoire assez vide (ou du moins, complètement simple).



Sione's Wedding : Une comédie sur un mariage samoan où quatre amis ayant ou approchant la trentaine ont pour mission d'avoir une vraie petite amie sous peine d'être refoulés du mariage (pour avoir fichu le gros cirque à des mariages antérieurs). Bah c'est simple, c'est pas drôle et c'est hyper prévisible. C'est sympa de voir de la culture locale, mais voilà, c'est loin d'être une grande comédie...



Boy : Un superbe film néo-zélandais où un jeune garçon découvre peu à peu que son père qu'il idolâtre est loin de l'image parfaite qu'il s'en est fait. Acteurs géniaux, les deux frères particulièrement, quelques moments d'humour, quelques moments d'émotion... Franchement, je le recommande (la VO est cool pour se faire à l'accent kiwi ! tongue )

Dernière modification par Cara (26-10-2011 06:18:19)


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#737 31-10-2011 12:48:00

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

zzz The Neverending Story : Un ami m'a conseillé de le regarder, malgré les années 80 et les effets spéciaux allant avec. Baaaaah, ça n'a pas marché. Je n'ai absolument pas accroché, à tel point que je me suis endormie devant. Les effets sont vraiment moches aujourd'hui (et pourtant, j'ai quand même réussi à apprécier le premier Terminator dans les limites du raisonnable malgré le même problème. Certes, ce n'est pas le même genre de film). J'ai eu bien du mal avec le jeu de l'acteur principal de l'histoire du livre, pas avec le petit jeune qui lisait, parce que lui avait une bonne bouille et de bonnes mimiques dans l'ensemble. La fille du film m'a horripilé : elle sert à rien, à part à être belle et pure et innocente, et blablabla... Stéréotypes à mort et "idéal" féminin de l'époque... sick Non non non !!! Je ne peux pas !
Et en plus, ils ont fait mourir le cheval, donc à partir de là, y'a plus rien à sauver ! lol




roll Entre les murs : Ce film est criant de réalisme au niveau de l'interprétation plus vraie que nature de tous les acteurs. On s'y croirait. Par contre, j'espère que la réalité dépeinte est rare, parce que là, ça fout le cafard, mais à fond (en plus, je suis dans une belle période de doute quant à mon avenir professionnelle -j'envisage sérieusement d'être prof pour remettre en contexte ironique , alors ça n'aide pas forcément ! Mais c'est une autre discussion que je ne suis pas encore prête à aborder, j'ai d'abord besoin de broyer du noir toute seule...). Bref, mine de rien, c'est un film assez dur à regarder, surtout avec cette fin abrupte au moment de la fin de l'année, qui ne révèle aucun happy ending (ce qui de toute façon aurait sonné complètement faux). Il n'empêche que cette justesse finale n'en est pas moins lourde.




lol Shaun of the dead : Partons dans un autre genre, avec cette comédie britannique qui se fait un plaisir de parodier le film de zombies. C'est de l'humour anglais, y'en a qui n'aimeront pas. Moi je me suis quand même bien marrée mine de rien, sauf sur la fin où ça avait un peu tendance à devenir lourd (le dernier gros quart d'heure on va dire). Mais franchement, le début est excellent avec les plans rappelant toutes sortes de films cultes, ou encore avec ces "héros" qui ne comprennent rien à ce qui se passe autour d'eux. Je crois que je retiendrai particulièrement les scènes dans le bus.
Néanmoins, on a vu plus subtil dans l'humour parfois un peu trop insistant, mais ça reste toujours assez différent de ce qui se fait. Une amie me conseille Hot Fuzz avec une partie identique du casting. Je dois dire que ça m'intéresse fortement !




coeur The Last King of Scotland : Un petit chef d'oeuvre. Les deux acteurs principaux, Forest Whitaker et James MacAvoy, excellent dans leur rôle respectif. On y croit et ça prend aux tripes. On se met parfaitement à la place d'un homme bien qui va se retrouver embourber dans une situation de plus en plus incontrôlable et qui le rend mauvais malgré lui. La réalité dépeinte est d'autant plus dure qu'on la voit de l'intérieur, non pas à travers une victime d'une tyrannie, mais à travers un pion à la fois victime et acteur de cette tyrannie. Franchement, chapeau bas !

Pour l'histoire : Nicholas Garrigan est un jeune Ecossais diplômé en médecine. Il décide de partir dans le premier pays que le destin lui indiquera sur son globe terrestre, et se retrouve ainsi en partance pour l'Ouganda. Il rejoint une mission où travaillent déjà deux médecins étrangers pour aider le peuple. Le hasard le fera approcher Idi Amin, le chef de la rebellion devenu chef d'état. Ce dernier se prend d'affection pour Nicholas et en fait son médecin personnel, puis son conseiller le plus fidèle... Et sans s'en rendre compte, Nicholas est rentré dans un système tyrannique dont la sortie semble impossible, et pire, dont il est l'un des mécanismes...

La bande annonce : http://www.youtube.com/watch?v=iV_QgKJFZP0

Dernière modification par Cara (31-10-2011 12:51:46)


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#738 27-11-2011 22:59:53

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Chéri : Un film adapté des deux romans de Colette (et je n'ai pas lu ces deux là). Il ne se passe pas grand chose, puisque tout l'intérêt du film repose sur la relation entre deux personnes que les années séparent. Chéri entretient une liaison secrète de six ans avec une amie de sa mère (qui, en leur temps, ont été courtisanes). Un mariage arrangé plus tard les sépare, et ils essaient chacun de continuer leur vie... C'est plutôt calme, mais Michelle Pfeiffer campe le personnage de Léa à merveille, et on ne voit pas le temps passer. Je pense que l'atmosphère doit être assez fidèle aux livres pour avoir lu plusieurs romans de Colette. Un bon petit film sans prétention, même si la fin me semble malheureusement bâclée (et perd tout impact).

The King's Speech : J'ai mis du temps à le regarder, même si je n'en avais entendu que du bien. Effectivement, c'est un film facile à regarder. On s'attache immédiatement au couple royal en devenir. Il faut dire que tous les acteurs se sont glissés dans la peau de leurs personnages à la perfection. On a donc d'emblée envie de suivre le futur roi pour le voir surmonter ses peurs.

Karate Kid : Je n'avais pas vraiment envie de le voir, mais pour tuer le temps, j'ai commencé, et il a fallu que j'aille au bout. Je n'ai pas vu l'original. Mais ce film est finalement assez sympathique, et j'aime la relation qui se crée entre le jeune Américain et son mentor chinois. Tous les acteurs y mettent un minimum syndical de coeur, même le fils de Will Smith que je ne peux pas encadrer en peinture en dehors de son rôle. C'est cependant Jackie Chan qui sort du lot, lors de sa scène dans la voiture, que j'ai trouvée magnifiquement interprétée, tout en sobriété (c'est une excellente surprise pour moi qui le connaît plus de nom qu'autre chose).

What's Your Number? : Une comédie sympathique sur deux voisins cherchant pour l'une la relation parfaite, et pour l'autre un moyen de fuir ses conquêtes d'un soir. Un arrangement plus tard et ils décident de s'entraider. La fin est plus qu'évidente, mais plusieurs scènes ont le mérite de faire sourire. Après, c'est loin d'être un film extraordinaire, et je ne pense pas le revoir un jour.

Friends with Benefits : Un peu comme le précédent, mais en mieux. Les comédies romantiques américaines qu'on connaît bien. Les personnages collent bien à leur époque et sont plus réalistes que ceux du film précédent. C'est un bon moment en perspective, mais idem que l'autre, je ne le revisionnerais pas encore et encore...


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#739 31-12-2011 01:29:34

Arthan
Gladiator
Le Héros des Siècles
Inscription : 25-09-2010
Messages : 1 234
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Les films que vous voyez

Ce soir, c'était Il était une fois en Amérique. Jamais vu auparavant alors qu'il devait trainer sur l'étagère depuis un temps fou, faute peut-être à ses 3h45 de film qui ne finirait pas si tôt. Donc ce soir, on s'est rattrapé, et j'ai vraiment bien aimé ! Quelques passages un peu long, c'est la seule chose que je lui reproche : ce film est vraiment un bijou du cinéma. Je pense d'ailleurs me programmer une 2e séance, je suis sûr que certains éléments m'ont échappés ^^. Enfin, un film qui mérite d'être vu par toutes les personnes qui aiment le cinéma !

Dernière modification par Arthan (31-12-2011 01:29:47)


" Three weeks from now, I will be harvesting my crops. Imagine where you will be, and it will be so. Hold the line ! Stay with me ! If you find yourself alone, riding in the green fields with the sun on your face, do not be troubled. For you are in Elysium, and you're already dead !
Brothers, what we do in life... echoes in eternity. " Maximus.

Hors ligne

#740 15-01-2012 18:29:49

Kinema
Membre
Lieu : Entre deux mondes
Inscription : 07-12-2011
Messages : 74
6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Take Shelter, de Jeff Nichols.
Au cinéma, je me suis prise une véritable claque cinématographique ! Lorsque j'ai vu la bande annonce, je ne me suis pas rendue compte de ce qui allait réellement m'attendre en le découvrant dans les salles obscures. Un réalisme percutant, des personnages attachants et humains, une histoire originale et formidablement bien adaptée en matière de mise en scène.
Ce jour-là, j'ai découvert un potentiel pour le jeune réalisateur, ainsi que pour la prestation de l'acteur principal, Michael Shannon.

Hors ligne

#741 16-02-2012 18:57:39

Rikka
Marchombre
Légion
Inscription : 12-12-2009
Messages : 4 857
1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

a écrit :

On est aller voir Underworld 4 au ciné en 3D ( pas le choix de toute façon, aucune séance classique )
Les 5 première minutes on été particulièrement éprouvante pour moi, j'ai très mal vécu la 3D au point d'avoir l'estomac qui jouer du yoyo. La suite du film à était une agréable surprise, c'est la première fois que je vois la 3D aussi bien exploité.

Et qu'as-tu pensé du film en lui-même ? Agréablement surprise ? Déçue ? Mitigée ou conquise ? J'attends avec grande impatience de connaitre la suite des aventures de Selenne et je m'avoue curieuse d'éventuels retours de la part de ceux qui ont eu la chance de voir ce dernier opus smile


Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent - Gaston Rébuffat

Hors ligne

#742 16-02-2012 19:43:27

Callicyne
Anguissette
Lieu : Cour des Floraisons Nocturnes
Inscription : 09-11-2008
Messages : 1 794
1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Les films que vous voyez

Pour une fois je n'ai pas été déçu par une suite.
On est plongé dans l'action dès le début, l'histoire est planté à ce moment là avec un bon retournement de situation qui donne un nouveau souffle à cette série, pas de temps mort. Avec mon chéri on a même eu l'impression qu'il était plus court que les autres tellement on a été capté.

Si tu es impatiente de retrouvé Selenne tu ne vas pas être déçu, c'est vraiment elle le personnage principal.
Les lycans sont toujours aussi féroces ( bon perso, je n'aiment pas trop leurs aspects dans ses films ), les autres vampires sont moins présents mais tu vas vite comprendre pourquoi.

Je suis quasiment sure que ce film n'est qu'une première partie qui annonce une très bonne suite, en tout cas, je l'attend avec impatience.  big_smile 

J'espère avoir répondu à tes attentes, pour ma part je te le conseil.


Aime comme tu l'entends.
Elua le Béni

Hors ligne

#743 19-02-2012 18:05:21

Rikka
Marchombre
Légion
Inscription : 12-12-2009
Messages : 4 857
1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Merci beaucoup pour avoir pris le temps de faire part de tes impressions smile

J'avoue que les diverses critiques très négatives que l'on peut lire à son sujet un peu partout sur le net ont jusque là douché mon enthousiasme. J'espère que ce n'est qu'une question de point de vue car je détesterai voir les 2 précédents - et excellents - volets gâchés par une suite bâclée...

Très certainement un avis à venir sur le sujet lorsque j'aurai enfin eu l'occasion de juger par moi-même.


Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent - Gaston Rébuffat

Hors ligne

#744 09-03-2012 13:00:46

Kinema
Membre
Lieu : Entre deux mondes
Inscription : 07-12-2011
Messages : 74
6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Dernièrement, au cinéma, je suis allée voir :

- Hanezu, l'esprit des montagnes, réalisé par Naomi Kawase.
Le thème du triangle amoureux revisité par une photographe japonaise qui a déjà fait parler d'elle avec Shara, un très beau film que j'ai découvert à la médiathèque l'année dernière. Elle imprègne ses films de sa passion pour la photographie de telle sorte que chaque détail et chaque plan concentrent notre regard de manière très attentive.
On est amené à voir et à s'imprégner de l'essence même de l'image, et j'ai souvent eu l'impression de sentir par le toucher et par l'odorat les différentes saveurs représentées à l'écran. Dans le film Hanezu, par exemple, l'un des personnages principaux pratique la sculpture sur bois, et la manière dont on approchait l'art pratiqué par cet homme donnait le sentiment d'être là, avec lui, et de ressentir ce que lui ressentait en sculptant le bois.
Certains jugeront ses films lents et sans actions, moi je trouve que justement, la lenteur des plans est l'une des principales caractéristiques qui permet de nous immerger dans son univers et de découvrir les personnages qu'elle imprime sur la pellicule. Son cinéma est métaphorique et emprunt d'une sagesse pour la nature et la beauté.

- Sherlock Holmes : Jeux d'ombre, réalisé par Guy Ritchie (changement radical d'univers et de budget de film  lol  comme quoi, j'aime tous les genres !).
Et bien, aussi rare que ça puisse paraître, je n'ai pas été déçue par une suite ! Au contraire, on prend les mêmes ingrédients du premier, à savoir l'humour, l'action, l'atmosphère glauque et sombre, les conspirations, la saveur sarcastico-ironico-scandaleuse et déjantée du personnage de Sherlock, vous corsez le tout et rajoutez de nouveaux effets spéciaux, un Moriarty bien cruel et charismatique, de nouveaux décors franco-germano-suisses et de nouvelles situations cocasses.
Un divertissement en deux dimensions (je me permets de souligner la phrase et de l'écrire en lettres, car des blockbusters en 2D avec de bons effets spéciaux sont maintenant aussi rare que le trèfle à 4 feuilles..) avec une bande originale aussi efficace que le premier opus (je cherche d'ailleurs à l'emprunter dans les médiathèques, mais je ne l'ai toujours pas trouvé  pleur06  persévérons !) qui m'a vraiment fait passer un très bon moment ! J'ai profité d'aller le voir lors des dernières séances pour l'apprécier dans une salle pratiquement vide (sur 100 sièges, 4 étaient utilisés  big_smile ).
Je pense que ceux qui ont apprécié le premier opus ont aussi apprécié ce nouvel épisode  big_smile

- La Taupe, réalisé par Tomas Alfredson.
CA c'est du film d'espionnage, du VRAI ! Je ne connais pas le roman de John le Carré, mais d'après ce que j'ai lu dans les critiques qui connaissaient le roman, le cinéaste suédois a réussi à repeindre l'atmosphère du roman.
Le film se présente sous la forme d'une enquête interne au sein du MI-6 pour savoir qui est la taupe engagée par l'un des plus gands agents secrets du KGB qui se cache parmi le service secret de la Couronne.
Le film allie suspense, huis-clos, riche scénario, palette de brillants acteurs vraiment très convaincants, reconstitution bluffante des années "Guerre Froide", mise en scène digne des plus grands cinéastes (d'ailleurs, j'ai eu plaisir à comparer l'atmosphère oppressante du film à celle de The Ghost Writer  big_smile ) et bande originale prenant parti pour le genre du film et sa reconstitution historique.
Bref, j'adore me prendre de belles claques au cinéma, et là, j'ai été royalement servie ! J'avais vu, il y a un petit moment déjà, Morse, du même réalisateur, et on reconnaît la patte du cinéaste qui signe ici un genre différent mais en peignant des personnages aussi intensément que dans son précédent film.

En conclusion de ce message, je dirai que le cinéma n'a pas fini de nous étonner !  content

Hors ligne

#745 18-03-2012 23:50:30

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

La dame en noir : Alors là, grosse surprise ! Je n'en attendais quasiment rien, et j'ai eu tort. Je n'avais pas autant sursauté devant un film à ambiance horrifique depuis pas mal de temps. En fait, il reprend certains trucs de l'horreur à l'ancienne (le vieux manoir, le début du XXème, les fantômes vengeurs...). Visuellement, il est quand même très réussi (couleurs, plans, apparitions des fantômes bien calculées). On plonge dans l'ambiance immédiatement (à noter une bonne utilisation des bruitages, plutôt que d'une bande son aussi subtile qu'un éléphant tongue ). Et quand on est dans le manoir, le suspense est soutenu. Je pense pouvoir dire que j'ai vu un assez gros paquet de films d'horreur, et celui-ci, il remplit bien son contrat dans le genre angoissant (même si y'a bien plus flippant, je vous l'accorde). Les acteurs sont super (Daniel Radcliffe en tête, alors que je ne l'avais pas forcément toujours trouvé convaincant dans les HP). Seule "faiblesse" du film : le scénario, s'il tient la route et suffit à maintenir l'attention du spectateur, est finalement très simple, si bien qu'on connaît à peu près tous les tenants et aboutissants au 3/4 du film (si ce n'est pas avant). Reste que j'ai vraiment beaucoup aimé. smile


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#746 05-05-2012 19:36:15

Nehliel
Anguissette
Lieu : Terre d'Ange
Inscription : 18-06-2011
Messages : 570
1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Les films que vous voyez

Crows Zéro et Crows Zéro 2: coeur
    Ya pas à dire, j'adore ces films!! La baston japonaise entre lycéens il n'y a que ça de vrai! Plus sérieusement, c'est pas des films avec des scénarios super développés et compliqués à comprendre mais si il n'y a pas le fond, au moins il y a la forme!

- Dans le premier, Genji, le fils d'un chef de clan yakuza essaye de s'emparer du lycée Suzuran, dit "le lycée  des corbeaux". Pour ce faire, il doit prendre le contrôle des classes du lycée et surtout battre celui qui est sur le point d'en devenir le chef : Serizawa. Il est aidé de Ken, un ancien de Suzuran (qui en a été viré) et qui est maintenant un yakuza de bas étage du clan rival à celui du père de Genji.
- Dans le deuxième, Genji à pris le contrôle du lycée mais celui-ci n'est pas unifié. Un concours de circonstances fait qu'il rompt la trêve entre Suzuran et Hosen, un lycée rival. C'est la guerre maintenant, et tous les coups sont permis!

    Perso, le première fois que je les ai regardé j'ai accroché direct. Les personnages ont trop la classe surtout Genji (la nonchalance incarnée) et Izaki (pardon si j'écorche l'orthographe ^^) avec ses cheveux blonds! roll Attetion, c'est pas un film d'arts martiaux, mais de la baston pure et simple sans être gore. En fait, ces films sont juste trop stylés!!!!! big_smile


Aime comme tu l'entends.

Hors ligne

#747 31-05-2012 13:02:23

Rikka
Marchombre
Légion
Inscription : 12-12-2009
Messages : 4 857
1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Écrire pour Exister

1338462096.jpg

L'histoire (tirée de faits réels) : Erin Gruwell, enseignante novice de 23 ans, a choisi comme premier poste un lycée difficile de Long Beach. Ses élèves l'ignorent superbement et se regroupent en clans, prêts à s'affronter au moindre prétexte. L'ambiance empire au fil des jours, en dépit des efforts sincères et maladroits d'Erin pour prendre en main cette classe d'"irrécupérables".

Un incident mineur met finalement le feu aux poudres, donnant du même coup à Erin l'occasion d'ouvrir le dialogue avec les jeunes. Avec tact et humour, en évitant d'instinct le piège du paternalisme, Erin parvient à instaurer avec la classe un vrai rapport de confiance. Pas à pas, à travers l'usage de la parole puis de l'écriture, elle accompagne ses élèves dans une lente et délicate reconquête de leur amour propre, libérant en eux des forces, des talents et une énergie insoupçonnés...

Une tite BA (mais qui ne rend pas trop justice au film) : Trailer

Mon avis : un de ces films à la thématique forte, celle de la haine raciale, de la guerre des gangs et de son impact quotidien sur la vie de jeunes d'une 15aine d'année, qui prend littéralement aux tripes, bouleverse et humidifie les yeux. Le pitch semble vu et revu, et c'est vrai dans une certaine mesure. On a tous en mémoire le superbe American History X qui traite la question de manière magistral, et Écrire pour Exister lui emprunte beaucoup. Mais ici, on se place d'un point de vue autre, par le questionnement d'une professeure déboussolée confrontée à des étudiants qui le sont davantage. Un très beau parallèle est établi avec l'holocauste Nazi, poignant, et en se servant de l'exemple fort du journal d'Anne Frank, Erin Gruwel (qui a réellement existé) leur offre une catharsis par l'écriture.

L'approche qui nous est ici proposée apporte tout un côté poétique à l’œuvre qui se démarque surtout par des personnages forts, un questionnement toujours d'actualité, tant sur la haine raciale que les questions d'intégration ou même celles portant sur notre système éducatif. Une thématique lourde de sens, certes, mais qui ne plombe pas le film pour en faire un de ces énième pitch donneur de leçons grandiloquentes sur l'amour de son prochain où les slogans "tous de la même couleur" sont érigés en bannière de foi. Au contraire, si certains passages sont lourds de par la violence physique et psychologique à laquelle nous sommes confrontés, le ton donné est résolument positif, apporte le sourire et quelques rires non mesurés.

Il s'agit ici de porter en fiction une entreprise menée par une professeur de lycée (tout du moins l'équivalent aux EU) pour montrer comment, à son niveau, elle a tenté de se battre - à la fois contre les préjugés de ses collègues mais également toute la problématique des guerres de gangs qui déchirent le quartier - en cristallisant la vie atypique de ces jeunes de quartier en leur proposant de coucher leurs pensées les plus intimes sous la forme d'un journal. De cet amour de la littérature est né un livre : The Freedom Writers Diary, et une association : The Freedom Writers Foundation.

A voir !


Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent - Gaston Rébuffat

Hors ligne

#748 09-06-2012 15:57:31

Nehliel
Anguissette
Lieu : Terre d'Ange
Inscription : 18-06-2011
Messages : 570
1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Les films que vous voyez

Et après

Le thème principal:Et après (soundtrack)
qi6g3v5ft7wpjih8y0tv1ggja7y5w.jpg

À huit ans, Nathan est entré dans le tunnel lumineux de la "mort imminente" pour avoir voulu sauver une fillette, Claire. Déclaré mort, le petit garçon se réveille inexplicablement. Vingt ans plus tard, Nathan est devenu un brillant avocat new yorkais. Meurtri par les circonstances douloureuses de son divorce, il s'est barricadé dans son travail, loin de son ex-femme Claire et de sa fille. C'est alors qu'un mystérieux médecin, le docteur Kay, fait irruption dans son existence en prétendant pouvoir dire à quel moment certaines personnes vont mourir. Et parce que Kay bouleverse tous les repères de sa vie, Nathan va enfin découvrir pourquoi il est revenu.

Acteurs principaux: Romain Duris, John Malkovich et Evangeline Lilly.

Il est beau. Il est triste, mais il est magnifique. L'un des plus beaux films que j'ai vu si ce n'est LE plus beau film. Les acteurs sont fantastiques et la bande-son est à faire pleurer les anges, littéralement. Le film est profond, bien plus que laisse suggérer le synopsis. Je pense que la dernière partie du film est la plus belle. Tout ce qu'il faut faire, c'est écouter, voir, ouvrir son coeur,... mais surtout écouter. coeur

Je n'ai qu'une chose à dire: à voir!

Dernière modification par Nehliel (09-06-2012 19:00:42)


Aime comme tu l'entends.

Hors ligne

#749 09-06-2012 18:58:25

Callicyne
Anguissette
Lieu : Cour des Floraisons Nocturnes
Inscription : 09-11-2008
Messages : 1 794
1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Les films que vous voyez

Je ne connais pas du tout Musso mais en tout cas je trouve l'affiche vraiment belle smile


Aime comme tu l'entends.
Elua le Béni

Hors ligne

#750 09-06-2012 19:01:59

Nehliel
Anguissette
Lieu : Terre d'Ange
Inscription : 18-06-2011
Messages : 570
1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Les films que vous voyez

Moi non plus je ne le connais pas et je suis entièrement d'accord l'affiche est super belle. A l'image du film d'ailleurs wink


Aime comme tu l'entends.

Hors ligne

Pied de page des forums

Accès aux sites :     WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson

Propulsé par FluxBB
Adapté pour WebFantasy.fr

[ Générées en 0.132 secondes, 16 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 990.95 Kio (pic d'utilisation : 1.07 Mio) ]