Bandeau
Ce forum est là pour permettre aux lecteurs de fantasy de discuter entre eux.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Dernières actualités des sites

[Terry Goodkind] Décès de Terry Goodkind [Brandon Sanderson] State of Sanderson 2019
[Terry Goodkind] Sortie de Heart of Black Ice [WebFantasy] Migration des sites
[Terry Goodkind] L'auteur vient de terminer Into Darkness [Terry Goodkind] Le Siège de Pierre

#1 30-03-2012 17:43:21

Rikka
Marchombre
Légion
Inscription : 12-12-2009
Messages : 4 857
1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

Une discussion qui émerge de la lecture d'un article interpelant sur Elbakin, intitulé : "Les adultes devraient-ils éviter de lire des parutions Jeunesse ?", rédigé suite à l'essai "Adults Should Read Adult Books" de Joel Stein, (éditorialiste à Time Magazine), paru dans le New York Times.

Voici le torchon l'essai en question :

"The only thing more embarrassing than catching a guy on the plane looking at pornography on his computer is seeing a guy on the plane reading “The Hunger Games.” Or a Twilight book. Or Harry Potter. The only time I’m O.K. with an adult holding a children’s book is if he’s moving his mouth as he reads.

I’m sure all those books are well written. So is “Horton Hatches the Egg.” But Horton doesn’t have the depth of language and character as literature written for people who have stopped physically growing.

I appreciate that adults occasionally watch Pixar movies or play video games. That’s fine. Those media don’t require much of your brains. Books are one of our few chances to learn. There’s a reason my teachers didn’t assign me to go home and play three hours of Donkey Kong.

I have no idea what “The Hunger Games” is like. Maybe there are complicated shades of good and evil in each character. Maybe there are Pynchonesque turns of phrase. Maybe it delves into issues of identity, self-justification and anomie that would make David Foster Wallace proud. I don’t know because it’s a book for kids. I’ll read “The Hunger Games” when I finish the previous 3,000 years of fiction written for adults.

Let’s have the decency to let tween girls have their own little world of vampires and child wizards and games you play when hungry. Let’s not pump Justin Bieber in our Saabs and get engaged at Cinderella’s Castle at Disneyland. Because it’s embarrassing. You can’t take an adult seriously when he’s debating you over why Twilight vampires are O.K. with sunlight. If my parents had read “Tales of a Fourth Grade Nothing” at the same time as I did, I would have looked into boarding school."

Et le résumé de l'essai offert par Elbakin pour celles et ceux qui n'entretiendraient pas de grandes affinités avec la langue de Shakespeare

a écrit :

Notre homme n’y va en effet pas de main morte, comparant les adultes surpris à lire des romans considérés comme appartenant à la catégorie Jeunesse à un gars qui regarderait un porno sur son ordinateur pendant un voyage en avion (!). Selon lui, il y a tant de bons romans pour adultes à lire que personne ne devrait éprouver le besoin de perdre son temps avec autre chose avant 3000 ans. Stein, qui prend en exemple Hunger Games ou Harry Potter, s’attaque principalement à la qualité littéraire de ces parutions, les comparant aux œuvres d’auteurs comme David Foster Wallace ou Thomas Pynchon.

Considérant que les livres sont l’une de nos rares chances d’apprendre, l’auteur explique qu’il y a sûrement une raison si aucun de ses professeurs ne lui avait donné à faire comme devoirs 3h de Donkey Kong… Bref, il est "embarrassant" de lire de tels romans pour un adulte, que l’on ne peut dès lors "prendre au sérieux." Il va sans dire que cet article a entraîné des centaines de réactions, que ce soit en commentaires ou sur Twitter.

________________________________________


J'imagine que comme beaucoup de personnes ici, cet article m'a fait réagir, et pas forcément dans le bon sens du terme... Déjà directement concernée par ces dires car ayant énormément apprécié Hunger Games et ne reniant pas mon affection pour la saga Harry Potter, de même que mon amour inconditionnel pour Le Pacte des Marchombres (la version française des livres pour "jeunes"), je n'ai pas vraiment apprécié les raccourcis grossiers ici employés (non ! ma chaste personne ne regarde pas de films pornos mad).

Pourquoi, selon moi, l'essai (peut-on vraiment le qualifier comme tel ?) est-il un véritable torchon ? Plusieurs raisons ('tention, ça va balancer ironique ) :

  • On va commencer soft... Ce crétin monsieur-dont-le-niveau-d'intelligence-ne-sera-ici-point-mis-en-doute, malgré les prestigieuses lectures dont il se targue, n'a apparemment jamais entendu parler du concept de "second niveau de lecture". Nous ne lisons, ni ne comprenons les mêmes choses à l'âge de 10-12 ans ou 20 ans et plus si affinités. Il me semble qu'un livre comme le Pacte des Marchombres illustre parfaitement ce constat : d'apparence naïf et bon enfant, écrit par un auteur qui sait manier les mots avec simplicité, délicatesse et poésie. Bref, incontestablement une histoire que je conseille à tout parent de lire le soir à sa marmaille, laquelle l'écoutera sans conteste avec grande attention, des lumières plein les yeux et des rêves plein la tête. Pourtant, c'est également un livre à la narration forte, bourrée d'émotions qui transmet moult messages implicites, et qui se construit autour de toute une problématique sur la liberté, le sens que l'on donne à la vie,... En résumé, tout autant d'aspects permettant, via l'existence d'un second niveau de lecture, à tous les lecteurs de 7 à 77ans d'y trouver leur bonheur.

  • D'autre part, ce crétin monsieur-qui-se-flingue-lui-même l'avoue : il n'a même pas pris la peine de plonger son gros nez dans Hunger Games et ne sais par conséquent absolument pas de quoi le schmilblick traite (et non, ce n'est pas une version science-fictionnisée de combats pour la faim). Pourtant, cela ne l'empêche pas de traiter l’œuvre comme la couche bien pleine d'un bébé respirant la santé (i.e. : on la tient par le bout des doigts, on se bouche le nez et on s'empresse de jeter l'immondice aux ordures). Personnellement, après lecture du cycle, je me pose sérieusement la question de la validité de son classement dans les "livres jeunesse" (eurkkk, j'aime vraiment pô cette appellation). Le premier... peut-être... (et encore, il y a certains passages plutôt crus). Mais personnellement (et ça n'engage que moi), je réfléchirais à deux fois avant de présenter le 2nd tome et surtout le 3ème à un enfant. Le dernier est d'une noirceur non négligeable, avec toute un pan de l'histoire tournant autour de la folie, l'aliénation,... qui n'épargne pas grand chose au lecteur. D'autant plus exacerbé par l'apparente "innocence" du cycle.

  • Pour terminer (même s'il y aurait encore beaucoup de choses à dire), de quel droit ce crétin monsieur-je-sais-mieux-que-quiconque-ce-qui-est-bon-pour-les-adultes se permet-il de juger ce qu'on doit aller rechercher dans un livre ? A l'entendre, et pour le citer, les livres sont avant tout - pour ne pas dire exclusivement - des moyens d'engranger des connaissances, d'étendre sa culture, d'affuter son intelligence et son esprit critique,... Je dis oui. Certes. Mais pas que ! Que fait-il de la recherche première du plaisir et de l'évasion ? Nous lisons également des livres pour ressentir des émotions fortes, être pris aux tripes, trembler, vibrer, pleurer, rire avec les personnages. La lecture est une catharsis !

Puis mince, il n'y a absolument aucune honte à lire de la "jeunesse". D'autant qu'il est plus que largement possible de trouver dans ces collections des ouvrages d'une qualité incontestable.

Enfin, pour terminer, je m'alarme un peu de la manière dont on pourrait interpréter de tels propos qui laisseraient entendre, sur les bords, qu'il existe une sorte de hiérarchie (un peu crade) entre les auteurs. Les plus intelligents et brillants (genre fais gaffe tu m'éblouis) écriraient des livres "pour adultes" mettant en jeu une réflexion profonde et alambiquée dont la justesse nous tirerait des larmes (snif c'est beau pleur06 et j'ai rien compris), alors que ceux dont les neurones serraient moins vigoureux se rabattraient sur les livres pour les mioches ! Parlons-en de ces mioches... c'est avant tout l'avenir, la future génération, celle qui nous nourrira lorsque nous serons vieux et édentés. Qui a-t-il de plus noble - mais aussi de plus délicat - que de contribuer à son épanouissement, à la formation de sa culture, de sa curiosité,... ?

Vraiment un tel discours, ça m’écœure sur les bords (vite, une bassine ironique).

Après, on peut aussi se demander si ceci ne tient pas de la provocation gratuite pour attirer l'attention sur sa petite personne histoire de faire parler un peu de lui... Peut-être ? Surement même. Mais voilà, l'avait qu'à choisir un autre sujet demon



Note : mes plus plates excuses pour cette diarrhée informatique. Ça faisait longtemps ironique dehors


Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent - Gaston Rébuffat

Hors ligne

#2 30-03-2012 18:30:03

fuer raug'moss
Car'a'carn
Lieu : sur le Mont Dragon
Inscription : 14-10-2008
Messages : 2 314
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

les adultes surpris à lire des romans considérés comme appartenant à la catégorie Jeunesse à un gars qui regarderait un porno sur son ordinateur pendant un voyage en avion

a écrit :

non ! ma chaste personne ne regarde pas de films pornos

tu m'etonne Riri, tous les adultes se doivent de le faire.
d'ailleurs, moi, je ne prends pas l'avion, sinon il aurait été évident que je passerais mes voyages à en regarder roll


en fait cet article me rappelle celui sur la série A Game of Throne qui disait que les femmes qui regardent la série ne le font que pour le sexe.


il faudrait qu'ils annalysent un minimum leur sujet avant de sortir des anneries pareilles demon


Il y a seulement 10 types de personnes dans le monde
ceux qui comprennent le binaire
et ceux qui ne le comprennent pas

Hors ligne

#3 30-03-2012 18:30:46

Nehliel
Anguissette
Lieu : Terre d'Ange
Inscription : 18-06-2011
Messages : 570
1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

huh Il a fumé avant d'écrire?? beuh
Je suis tout à fait d'accord avec toi Rikka.
Ce mec a de sérieux préjugés sur les livres qu'il qualifie de "Jeunesse", et ça devient grave là... En quoi lire un livre qui nous plait peut-il être synonyme d'immaturité de quelque manière que ce soit??? mad (c'est ce que qu'il m'a semblé insinuer dans son propos en tout cas).

a écrit :

La lecture est une catharsis !

C'est exactement ce que j'ai dit à une amie qui n'aime pas la lecture en général et qui ne comprend mon attrait pour les livres!! lol

Dernière modification par Nehliel (30-03-2012 18:44:49)


Aime comme tu l'entends.

Hors ligne

#4 30-03-2012 18:39:09

Rikka
Marchombre
Légion
Inscription : 12-12-2009
Messages : 4 857
1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

a écrit :

tu m'etonne Riri, tous les adultes se doivent de le faire.

lol Mince ! Encore un rite de passage du monde de l'adolescence boutonneuse vers celui de la maturité que j'ignorais complètement ! Faut que j'interroge sérieusement ma position "d'adulte"... ironique

En tout cas, très vrai le rapprochement avec le sublime article sur Game of Thrones. Je ne sais pas ce que ces américains ont à ramener le sexe à tout bout de champ sur le devant du tableau, mais ça devient risible une telle bêtise...


Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent - Gaston Rébuffat

Hors ligne

#5 30-03-2012 19:03:39

Zorander69
Troubadour
Inscription : 24-11-2008
Messages : 3 552
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

Cet homme est absurde, et surtout frustré d'avoir perdu son âme d'enfant.
Cet âme qui jouissait de l'instant présent.

Vieux bonhomme va.

Hors ligne

#6 30-03-2012 19:46:21

Perséphone
Gardienne du Royaume des Morts
Inscription : 04-01-2012
Messages : 247
1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

Lol, la tyrannie de l'intellect par dessus tout! On dirait bien qu'il ne connaît pas le plaisir, et qu'il ne se cultive que pour crâner devant un potentiel public.

Hors ligne

#7 30-03-2012 21:15:53

Caesus
Homme d'Adobe
Lieu : Au Palais de Richelieu
Inscription : 10-12-2010
Messages : 279
1 an1 an1 an

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

Cet article prouve qu'ont peut être journaliste, travailler au New York Times et être un abruti!!

Il devrait ouvrir les livres avant de les critiquer!!

Dernière modification par Caesus (31-03-2012 00:40:32)


-.- Lecture en cour: L'alchimiste des ombres - Pierre Pevel smile -.-
" Et que l'on me réduise à vivre sans bonheur, mais non pas me résoudre à vivre sans honneur -.- Le Cid. " -Corneille.

Hors ligne

#8 30-03-2012 21:41:22

Glorfindel
Elfe Prophète
Le Nom du Vent
Lieu : Le placard sous l'escalier
Inscription : 19-01-2010
Messages : 2 587
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

a écrit :

il ne se cultive que pour crâner devant un potentiel public

Vaste programme lol .
En soit si l'on y réfléchit bien, qu'est ce qui en soit motive généralement une grande soif de culture? tongue

a écrit :

ont peut être journaliste, travailler au New York Times et être un abruti!!

Ça n'est pas la première fois que je lis ce journaliste dans un registre aussi polémiste. Les images employées et les idées très arrêtées sont je pense sciemment utilisées afin de générer la controverse.

Ce qui est assez étonnant en l'occurrence c'est qu'il prenne la liberté d'user d'arguments pour beaucoup assez vaseux, et les raccourcis sont très faciles ( l'analogie entre la lecture de littérature YA et le visionnage de vidéo pornographiques en avion, je ne sais si c'est un fantasme, mais ça va assez chercher dans le conceptuel yikes ).

Dernière modification par Glorfindel (30-03-2012 21:42:43)


"Yesterday is history, tomorrow a mystery, and today is a gift, that's why it is called the present"

"Ne le poursuivez pas! Il ne reviendra pas sur cette terre. Son destin est loin d'être accompli, et il tombera, mais ce ne sera pas la main d'un Homme qui l'abattra!"

Hors ligne

#9 30-03-2012 23:27:53

Arakasi
Homme de main
Inscription : 19-08-2011
Messages : 437
1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

Ça me fais réagir aussi!

1-Le bonhomme est-il en train de nous dicter d'une certaine façon ce que nous devons lire -ou non-? Là, ça part déjà plutôt mal pour lui. Maintenant c'est vrai qu'il peut y avoir une certaine pression sociale concernant les livres qu'il serait "moralement" ou "sociablement" acceptable de lire à un age. Ce monsieur ne fait qu'exprimer tous les préjugés et clichés stupides qu'on retrouve dans nos lectures scolaires et qu'ont certain de nos professeurs chargés de nous faire découvrir la lecture/littérature,... nous transmettent -ou du moins essayent-!!!

2-Ce monsieur -comme d'ailleurs bien souvent nos chers professeurs- ne prennent même pas d'ailleurs la peine de lire les ouvrages qu'ils dénigrent (bien sur, ce n'est pas assez bon pour eux...). Trop plongés qu'ils sont dans leurs lectures "intellectuelles" qui semblent être les seules lectures "tolérables".

3-Cet individu est -du moins le semble-t-il - journaliste, chroniqueur, et que-sais-je encore... Visiblement, il considère que cela lui donne le droit de choisir pour moi. Grand bien lui fasses... Ne pourrait-il pas envisager une plus grande liberté d'esprit? Être journaliste, ce n'est pas juste avoir une grand culture, c'est aussi savoir de quoi on parle... Même si connaitre son sujet ne semble plus trop être le crédo de certains journalistes actuels... dont ce chroniqueur semble faire parti.

4-Quand à l'utilisation de comparaisons volontairement imagé dans le but de choquer, je ne relève pas. C'est beau, les gens en parle, bravo à lui... Maintenant, cela ne cache pas les raccourcis trop rapide et le manque d'argument. Serais-je vexant et arrogant, je dirais que c'est parce que ce monsieur est américain... Oups! États-uniens (ne mélangeons pas tout) et qu'il doit choisir des mots simples pour se faire comprendre de ses concitoyens. Mais ce serait tomber dans des raccourcis en affirmant que tout les habitants des Etats-Unis d'Amérique ont le même niveau de tolérance et de culture que ce monsieur, choses que je pourrai pas dire sans m'abaisser au niveau de M.Stein.

D'accord avec les avis lu plus haut.

Maintenant, c'est vrai que la question de "Y-a-t-il vraiment un age pour lire quoi que ce soit?" mérite d’être posé. Personnellement, je penses que certaines personnes peuvent être choqué en lisant certains livres. Certaines scènes de l'EdV m'ont -sinon choqué- du moins intrigué et vaguement dégouté tout en me filant une certaine fascination morbide/malsaine. Je pense au T1, alors que je n'étais que dans ma 11ème année. A voir si une petite étiquette 'déconseillé au moins de X ans" ne devrait pas être appliqués sur certains ouvrages...

Après -et pour répondre à ce monsieur- chacun fait ce qu'il veut... wink

Hors ligne

#10 31-03-2012 12:15:31

Perséphone
Gardienne du Royaume des Morts
Inscription : 04-01-2012
Messages : 247
1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

a écrit :
a écrit :

il ne se cultive que pour crâner devant un potentiel public

Vaste programme lol .
En soit si l'on y réfléchit bien, qu'est ce qui en soit motive généralement une grande soif de culture? tongue

Pour les gens moins étouffés d'autosuffisance, exposer son savoir pour avoir l'air malin n'est qu'un bonus smile et non pas un but en soi... Je et tu ne va pas jusqu'à écrire des articles pour cela. Right?

Edit : au fait, quelqu'un peut me passer le lien de cet article sur Game of Thrones cité plus haut ?

Dernière modification par Perséphone (31-03-2012 12:16:15)

Hors ligne

#11 31-03-2012 13:10:39

Rikka
Marchombre
Légion
Inscription : 12-12-2009
Messages : 4 857
1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

L'article est consultable ici : A Fantasy World of Strange Feuding Kingdoms

Et, en gros, voici les passages "croustillants" :

The show has been elaborately made to the point that producers turned to a professional at something called the Language Creation Society to design a vocabulary for the savage Dothraki nomads who provide some of the more Playboy-TV-style plot points and who are forced to speak in subtitles. Like “The Tudors” and “The Borgias” on Showtime and the “Spartacus” series on Starz, “Game of Thrones,” is a costume-drama sexual hopscotch, even if it is more sophisticated than its predecessors. It says something about current American attitudes toward sex that with the exception of the lurid and awful “Californication,” nearly all eroticism on television is past tense. The imagined historical universe of “Game of Thrones” gives license for unhindered bed-jumping — here sibling intimacy is hardly confined to emotional exchange.

The true perversion, though, is the sense you get that all of this illicitness has been tossed in as a little something for the ladies, out of a justifiable fear, perhaps, that no woman alive would watch otherwise. While I do not doubt that there are women in the world who read books like Mr. Martin’s, I can honestly say that I have never met a single woman who has stood up in indignation at her book club and refused to read the latest from Lorrie Moore unless everyone agreed to “The Hobbit” first. “Game of Thrones” is boy fiction patronizingly turned out to reach the population’s other half.

Tu peux également retrouver le post et les réactions originales dans le topic sur la série, ICI (p 5 à partir du post 113 et p 6) wink


Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent - Gaston Rébuffat

Hors ligne

#12 31-03-2012 15:53:08

Miss Rahl
Elfe Guerrière
Lieu : Palais du Peuple 33
Inscription : 25-07-2011
Messages : 452
1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

Depuis quand un adulte n'aurait-il pas le droit de lire les livres qu'il veut ? Qu'ils soient classés dans la littérature pour la jeunesse ou ailleurs ?
J'trouve son raisonnement complètement stupide.
Et d'abord il les a lu les livres qu'il critique ? J'parie que non.
Tsss où va le mon avec des c*** pareils ??? demon


"Books! The best weapons in the world!" ~ Tenth Doctor

Hors ligne

#13 31-03-2012 17:46:33

Perséphone
Gardienne du Royaume des Morts
Inscription : 04-01-2012
Messages : 247
1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

Merci Rikka !
Son style anglais d'écriture est malheureusement trop élevé pour moi ^^ Mais j'ai pigé l'idée générale. Aucune femme au monde ne peut apprécier la fantasy à moins qu'il y ai du sexe (on scroirait dans sex and the city...) On dirait bien qu'elle n'a pas regardé les combats Dothrakis avec ce cher Jason Momoa... cool , elle aurait vu d'autres raisons... On dirait plutôt que cette femme a des penchants lesbiens pour trouver de l'intérêt à voir des catins à oualp. Bon HS avec ce topic je m'arrête là tongue

Hors ligne

#14 01-04-2012 21:36:55

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

C'est le genre d'article faisant preuve de débilité profonde qui me fait bondir de ma chaise (d'ailleurs, comme disait ma prof de philo en prépa "débile n'est pas une insulte, ce n'est qu'un terme indiquant une faiblesse mentale" ironique ). On retombe dans le grand débat de la haute culture et de la basse culture, la scission créée par une élite qui a besoin de se sentir supérieure au reste de la population. Parce que oui, pardonnez-nous, on aime lire pour l'évasion (comme tu l'as si bien souligné Rikka). Enfin bref, je n'ai pas envie de me lancer dans un grand pavé, je crois que tout a déjà bien été repris et élaboré dans les posts au-dessus jap

Mais c'est franchement le genre d'articles qu'il est horrible de trouver dans un grand journal. Finalement, ce n'est ni plus ni moins qu'une attaque indirecte envers les gens qui ont lu ces livres, du genre : "vous devriez avoir honte et partir vous cacher de lire ces choses diaboliques alors que de grands auteurs vous attendent". Ouais, enfin bon, en attendant, j'ai avalé les Harry Potter et The Hunger Games en moins de temps que n'importe quel autre livre. Et je ne crois pas que le grand classique que j'ai lu le plus vite puisse rivaliser une seule seconde au voyage que j'ai vécu grâce à l'histoire. Et oui, mon cerveau a travaillé pendant la lecture, que ce soit au niveau des intrigues dans Harry Potter, ou au niveau des thèmes noirs abordés par The Hunger Games. roll


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#15 02-04-2012 09:29:59

tkl
Weird Wizard
Le Troisième Royaume
Inscription : 29-08-2006
Messages : 3 962
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

Les USA et leurs polémistes de profession roll!
-Soit le gars s'est dit j'vai balancer une grosse intox pour faire réagir un max de gens (les auteurs pour portails numériques sont rémunérés au nombre de clics),
-Soit le pauvre chérit élevé dans un état très conservateur s'est fait surpendre dans sa jeunesse ironique .

Au royaume de l'Oncle Sam, tout n'est pas que bile intellectuelle et il existe aussi des critiques un peu plus malins que cela.
Qui font avancer le débat et tentent de tirer le meilleur culturellement de leur entourage:

Les leçons que votre fille (et vous) pouvez apprendre de Hunger Game(en Vo)

La personne ici décrit les notions que le film Hunger Game va mettre en exergue et comment cela va lui permettre d'en discuter avec sa fille:
-comment la fraternité peut demander force et sacrifice,
-comment il peut être dur de rester loyal
-ce que veut dire de prendre ses responsabilités

Je traduirait enfin le dernier paragraphe qui pour moi balaye complètement l'absurdité du mouchophile sus-cité:

Ce dont je veut discuter avec ma fille après l'avoir emmené voir HG est le message principal: ce sont nos actions qui nous définissent. Le raison pour laquelle Katniss se dégage comme une héroine modèle n'est pas parce qu'elle a des super pouvoirs, mais parce qu'elle s'efforce de trouver un moyen de faire le bien, pour elle et ceux qu'elle aime. Même lorsque Katniss faillit, elle "s'arrache" pour faire le bien en définitive. et ça, c'est une leçon critique de survie pour la vrai vie qu'une mère peut partager avec sa fille -- Et aussi apprécier en tant qu'adulte.

What I want to discuss with my daughter after taking her to see The Hunger Games is the central message that our actions define us. The reason that Katniss emerges as a role model is not because she has superpowers but because she struggles to do the right thing, for herself and for those she loves. Even when Katniss fails, she stumbles her way to the right actions. And that's a critical lesson in real-world survival that a mother can share with her daughter -- and still appreciate as an adult.
Par Thelma Adams sur Fims Critics


They say man can't fly but wings of mind set you free from mankind

Hors ligne

#16 31-07-2012 12:10:27

Ariane
Fée
Lieu : Les Royaumes du Nord
Inscription : 12-06-2012
Messages : 938
1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

J'ai d'abord été choquée par l'article et surtout la façon dont il est rédigé beuh beuh beuh puis ça m'a permis de réfléchir à la question... Du coup ça m'a donné envie de donner mon avis également, mais avec mille précautions et pincettes (que je ne suis jamais très douée pour exprimer) vu que je n'ai pas le temps de me renseigner beaucoup sur le sujet...

Beaucoup des personnes réagissant à ce poste parlent d'évasion, d'émotions, d'être plongé dans le livre. Il me semble que cela s'apparente effectivement à l'enfance, on est soi-même heureux de retrouver notre regard émerveillé de l'époque où l'on nous racontait des histoires. A supposer donc qu'il existe réellement une littérature "enfantine" pour adultes : il me semble qu'en psycho on applique le terme de régression à ce désir de retomber en enfance. Le mot "régression" en lui-même semble très méprisant, trop pour ce qu'il désigne, mais en plus d'être un plaisir, il me semble que c'est quelque chose de nécessaire à notre équilibre.

Ce qui m'intrigue beaucoup c'est que l'auteur de l'article ne méprise pas ces envies de retour en enfance lorsqu'elles s'appliquent à d'autres domaines (il cite notamment les films ou les jeux videos). Simplement, pour lui, la littérature, c'est sacré, pas le droit de s'amuser avec ça. C'est très méprisant pour le monde du cinéma (ou des jeux videos mais ça je ne connais pas du tout ^^), et puis, surtout, je pense que ça dessert la littérature, lui donnant cette image hermétique et arrogante qui repousse déjà trop certaines personnes.

Le journaliste en question intervient comme si on avait un "temps de lecture" prédéfini et qu'il fallait en tirer le meilleur profit possible. Mais le temps de lecture est extensible en fonction de ce qu'on désire en faire ! Ou réductible d'ailleurs. Si la personne a envie de se détendre, et qu'on lui fait comprendre qu'elle ne devrait pas le faire en lisant, ben elle ira faire autre chose. On a des moments de détente, comme des moments où l'on est accessible à des réflexions bien plus profondes. Pour moi la lecture d'oeuvres plus faciles à lire empiète davantage sur le visionnage de séries que sur l'apprentissage ou les réflexions.

Et puis, il y a bien sûr tout ce qui a déjà été dit plus haut : il existe plusieurs niveaux de lecture et le charme d'énormément d'oeuvres bien rédigées est de nous faire jongler entre détente, évasion et réflexions. C'est même ce qui fait toute la vraie magie de ces oeuvres : nous faire passer de l'un à l'autre, nous faire vivre les deux à la fois, sans qu'on en ressente aucune difficulté.

On peut se lancer dans beaucoup de réflexions sur ce qui fait le côté enfantin ou infantile d'une oeuvre. Les récits pour enfants contiennent eux aussi réflexion et profondeur, à leur manière. On associe spontanément le retour à l'enfance comme une mise au repos du cerveau, mais tout ce qui est destiné aux enfants et à leurs loisirs se targue au contraire de développer l'éveil. Retomber en enfance, ce serait donc mettre au repos ses réflexions pour mieux les redévelopper insidieusement ? En tout cas la réflexion et l'apprentissage n'en sont jamais absents. Ils apparaissent souvent plus limités en nombre, et avec des nuances moins fines que pour les adultes. Cette différence compte à mes yeux davantage que la différence des méthodes utilisées : passer par la fiction, par l'identification, les émotions. Dans la littérature jeunesse, les méthodes ressemblent parfois à des méthodes adressées aux enfants, mais les réflexions derrière peuvent atteindre le niveau et la finesse de réflexions pour adultes.

Après il y a encore le but de pure catharsis et je pense que si les lecteurs adultes lisent ces livres estimés "jeunesse", c'est qu'ils y trouvent la résonance de leurs propres émotions, et cela personne d'autre ne peut en juger.

Au final, il y a une différence entre critiquer de façon véhémente tout exemple de la chose, et s'interroger sur une tendance excessive, une certaine culture de la détente, des émotions et du "retour en enfance", un encensement par les medias, un engouement du public, pour des oeuvres qui au final font davantage appel à l'enfant qui est en nous plutôt qu'à l'adulte, ou davantage appel à nos tripes et notre coeur plutôt qu'à notre cerveau. Mais si cette tendance était avérée, elle mériterait à mes yeux davantage de questions que de réponses toutes faites, et en tout cas pas un tel mépris ou une telle diabolisation de ce plaisir retrouvé.

En fait, le sujet mériterait des pages et des pages, mais je vais limiter mes pavés de lignes ^^

Hors ligne

#17 31-07-2012 20:19:39

Dragon Rouge
Membre
Lieu : Dans un livre
Inscription : 21-07-2012
Messages : 6
6 mois

Re : Y a-t-il vraiment un âge pour lire quoi que ce soit ?

"I have no idea what “The Hunger Games” is like. Maybe there are complicated shades of good and evil in each character. Maybe there are Pynchonesque turns of phrase. Maybe it delves into issues of identity, self-justification and anomie that would make David Foster Wallace proud. I don’t know because it’s a book for kids. I’ll read “The Hunger Games” when I finish the previous 3,000 years of fiction written for adults.

Oh, wow, il se fait un opinion de livre comme hunger games sans prendre même la peine de le lire. Mais quel personne éclairé sur le sujet! Le monde est beaucoup plus stupide que je le croyais. Avant de publier un tel article, s'informer un peu aurait pu être utile pour avoir une opinion plus éclairer.
Sérieusement, oui la lecture sert à apprendre, mais aussi à se détendre et à se relaxer. Elle permet de s'évader dans un autre monde. Alors de comparer un moment de détente qui en plus apporte des réflexions et qui souvent permet de développer ça manière de penser avec la morale qu'il peut apporter à de la pornographie est méprisable. Se croit-il supérieur aux autres parce qu'il a lu un livre qu'il juge plus approprier pour les adultes? C'est vrai que l'on retrouver des livres stupides pour les jeunes, mais il y en a aussi du côté dit adulte. Il ne faut pas placer tous les livres dans la même catégorie. En quoi un livre écrit pour les jeunes ne pourrait-il pas être sérieux? Peut-être qu'il pourrait se choquer qu'un adulte ne lise que des histoires comme cendrillons a une ou deux phrases, mais pour des livres comme harry potter et hunger games qui deviennent de plus ne plus violent de tome en tome, qui reflètent certaines valeurs, en plus d'être plaisant à lire, je ne suis pas du tout en accord avec son opinion. S'il se croit génie à ne pas lire ses livres, tant mieux pour lui, mais qu'il ne juge pas les autres, qu'il garde ses préjugés pour lui. 

Je suis totalement en accord avec les précédents commentaires qui critique ça manière de penser. Si on veut que les gens lisent avec passion les livres qu'ils trouveront sur leur chemin, je ne crois pas que critiquant ou interdisant les lectures de livre exceptionnellement bon comme hunger game, Harry Potter ou l'Épée de vérité ou en leur obligeant des livres "adultes" soit une bonne solution.


Wizards First Rule: People Are Stupid.

Hors ligne

Pied de page des forums

Accès aux sites :     WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson

Propulsé par FluxBB
Adapté pour WebFantasy.fr

[ Générées en 0.126 secondes, 16 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 858.03 Kio (pic d'utilisation : 913.72 Kio) ]