Bandeau
Ce forum est là pour permettre aux lecteurs de fantasy de discuter entre eux.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Dernières actualités des sites

#1 08-06-2012 16:31:02

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Devil May Cry

dmc1.jpg

Présentation

Devil May Cry est une franchise de beat 'em all créée par Hideki Kamiya. Elle est principalement produite et développée par Capcom. Entré en développement en 1999, ce jeu était à l'origine prévu pour être nul autre que Resident Evil 4. Au fur et à mesure de l'avancement du projet, Capcom s'est rendu compte que si RE4 devait renouveler la franchise des RE, elle ne devait pas en devenir tout autre pour autant. En effet, le jeu se voulait dynamique, gothique et cool, un concept bien trop radicalement différent du survival horror qu'était RE à l'époque. L'équipe qui avait travaillé sur le projet n'abandonne pas et est même encouragée à développer un beat 'em all.

Apparemment, les jeux sont assez populaires de nom, mais j'ai l'impression qu'il n'y a pas tant de monde qui y a joué en fin de compte. Le premier volet (2001) est surtout connu parce qu'il a vraisemblablement permis de renouveler le genre du beat 'em all. Son influence serait en effet toujours perceptible dans les beat 'em all actuels. Fin 2010, il a été annoncé que la franchise a été externalisée. Si Capcom continue de produire, le développement des jeux repose entièrement sur le studio occidental Ninja Theory (à qui l'on doit Heavenly Sword et Enslaved). Il faut savoir que ce gros changement a eu l'effet qui fait peur mais qui est très à la mode : le reboot. Et il fait encore plus pleurer les fans que le reboot de Tomb Raider...

Voici la liste des jeux disponibles :
Devil May Cry (2001)
Devil May Cry 2 (2003)
Devil May Cry 3: Dante's Awakening (2005)
Devil May Cry 4 (2008)
DMC: Devil May Cry (2013)  ironique Reboot alert !!! ironique

Il faut aussi savoir que si les jeux sont sortis dans cet ordre, l'histoire chronologique est en réalité la suivante :
Devil May Cry 3: Dante's Awakening -> Devil May Cry -> Devil May Cry 4 -> Devil May Cry 2
(pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? lol Le reboot ne fait pas partie de la chronologie puisqu'il redémarre à zéro)

Mais concrètement, de quoi ça parle-ti donc ? Pour faire simple, je ne vous parlerai que du premier volet (comme ça, je vous fais la critique du jeu en passant tongue ). Il faut déjà savoir que l'histoire se passe dans l'Amérique contemporaine, ce qui n'est pas toujours évident à comprendre en regardant certains des environnements très gothiques. C'est l'histoire de Dante, un chasseur de démons, et aussi le fils mi-homme mi-démon, du démon légendaire Sparda (ce démon avait réussi à renverser l'empereur du mal Mundus). Le principe est donc simple : il faut casser du démon, beat 'em all oblige.

dmc2.jpg

Présentation du gameplay + petit avis sur le premier volet

L'originalité du gameplay, c'est que Dante dispose de deux types d'armes : les épées/gants magiques, mais aussi les armes à feu (allant des doubles pistolets de base au fusil à pompe en passant par le lance-grenade). On peut donc varier les combats, et mixer les deux types d'attaque contre un même ennemi. Cela permet de dynamiser considérablement les affrontements. Cependant, il est plus "rentable" de se battre à l'épée. Si elle est plus dangereuse pour Dante qui devra être très proche de ses ennemis, elle permet de réaliser des combos spéciaux et de déclencher des pouvoirs démoniaques. Elle rapporte aussi plus d'orbes rouges une fois l'ennemi vaincu. Et les orbes rouges sont importantes, puisqu'elles permettent d'améliorer ses compétences, et d'acheter des objets utiles divers et variés (étoile de soin, eau bénite, jauge d'état démoniaque, pierre de résurrection, ect...).

La jauge d'état démoniaque que je viens de mentionner est très importante : c'est un état dans lequel Dante peut temporairement se transformer et qui lui permet de faire appel à des forces surnaturelles. C'est très efficace en cas de boss (et je parle d'expérience... ironique ). On peut ainsi envoyer des éclairs tout en volant, faire tomber le feu sur les ennemis ou encore se la jouer mini tornade (mais bon, les éclairs déchirent tout coeur tongue ). Le petit hic, c'est que la jauge démoniaque ne se remplit pas par magie et qu'il faut s'en remettre au combat à l'épée pour la voir se remplir de nouveau petit à petit ; à moins de disposer d'une étoile rechargeant la jauge d'un coup, mais faut la payer avec des orbes rouges... Et d'ailleurs, plus on achète d'objets avec les orbes, plus ils coûtent cher. C'est la volonté de pousser le joueur à maîtriser le gameplay avant de s'en remettre aux objets. Dans le même ordre d'idée, impossible d'avoir plus d'une étoile de soin, encore une fois, dans le but de nous pousser à se battre le mieux possible pour remporter la victoire (mais cela occasionne aussi des défaites super rageantes... demon).

Dans des environnements gothiques, on affronte différentes créatures, allant des pantins animés aux harpies en passant par des insectes. Les boss sont relativement peu nombreux, mais cela s'explique par le fait qu'ils nous réservent tous plusieurs affrontements différents : c'est qu'ils sont très coriaces (particulièrement ce fichu aigle géant... demon ). Les décors sont sympa, mais trop répétitifs à la longue. Le premier jeu se passe intégralement dans un château, avec un petit tour par les jardins. Pour palier à la monotonie, le derniers tiers de la partie propose de faire basculer la demeure dans les ténèbres. Les premières minutes dans ce "nouveau" décor sont oppressantes, voire malsaines en fait (il n'y a plus de lumière, et il ne reste que quelques portes, comme si on nous imposait sadiquement un cheminement vers la mort tongue Après, faut pas imaginer qu'on stresse, une fois l'effet initial escompté. Les ennemis restent les mêmes). Quoi qu'il en soit, ce changement est apparu un peu trop tard à mon goût.

Il n'y a pas que des combats dans le jeu. On doit en effet récupérer des clés/pierres pour accéder à de nouvelles zones/pièces. Ceci est l'héritage visible de son passé de beta de RE4 (d'ailleurs, le bruitage des portes qui s'ouvrent et se ferment est identique à ceux du premier RE !). En tout cas, c'est un ersatz du système RE tellement c'est peu ambitieux (j'en veux pour exemple que les dernières clés seront disponibles dans un pièce à quelques mètres de la porte à ouvrir). Et puis, à part ces clés à dénicher, il n'y a pas d'énigmes tordues. En fait, les interactions avec le décor et les objets sont extrêmement limitées. L'intérêt principal est donc bien dans les combats. Les allers-retours pour les clés ne servent finalement pas à grand chose.

Enfin pour ce qui est du scénario : c'est... basique. C'est ce qui m'a le plus choquée. C'est le truc le moins développé que j'ai jamais vu ! beuh Sans blague, hormis la scène d'introduction, les rares scènes vidéos durent 30 secondes. Les personnages ont des répliques de 3 mots. On n'a pas le temps de s'habituer à eux, à part Dante évidemment (mais même dans son cas, c'est le service minimum, surtout que le pauvre enchaîne quelque chose comme 8 répliques très niaises en fin de jeu. Mais bon il a de l'humour et il la classe quoi cool ). Non seulement c'est très peu développé de manière générale, mais en plus, c'est et prévisible et nanardesque. Apparemment, c'est totalement assumé (vu l'intro... roll ). Bref, Devil May Cry est volontairement kitsch. Ne vous attendez donc pas à quelque chose de sérieux et gothique jusqu'au bout des ongles, comme c'était mon cas... ironique

Je terminerai sur ce premier volet par dire que ce ne fut pas un coup de coeur. Il a mal vieilli. Les caméras presque-fixes ne sont pas toujours hyper réactives et intuitives pour les combats. Les caméras sont immobiles à la manière d'un vieux RE, mais elle suivent le personnage de loin sur une certaine distance, afin d'éviter de changer sans arrêt de plan pendant les combats. Reste que ces changements de plans sont inévitablement là à plusieurs reprises et on peut donc ne pas percuter qu'un ennemi est en phase d'attaque vu qu'il est hors champ... (Rassurez-vous cela dit, ça n'arrive pas tout le temps et ce n'est pas un frein au jeu). Ce qui est surtout un frein, c'est que Devil May Cry est difficile (je l'ai fait en mode normal, et j'en ai eu pour 11 heures à boucler les 22 missions -missions qui sont pourtant très courtes en théorie). J'ai vu des vidéos de joueurs qui explosent les derniers ennemis en 10 secondes, quand il me faut bien 2 minutes. J'ai aussi vu des coups dévastateurs que je n'ai jamais réussi à réaliser. Et d'ailleurs, je n'ai jamais eu assez d'orbes rouges pour améliorer toutes mes compétences. Certes, les jeux où on débloque tout trop facilement (style le dernier Prince of Persia) sont pas très flatteurs, mais DMC est presque dans l'extrême inverse...

dmc3.jpg

Toutes ces remarques portent néanmoins sur le premier volet, qui est le seul que j'ai terminé. A priori, le second volet est totalement sérieux (choix de direction aussi étrange que soudain), mais toujours aussi peu développé (voir la scène d'introduction abrupte et in medias res). Je ne sais pas vraiment ce qu'il en est des volets 3 et surtout 4, qui sont plus récents (le 4 est quand même sorti sur les consoles actuelles). Je reviendrai précisé tout ça quand je les aurai finis (je dois en être seulement à la moitié du deuxième).

Ah et avant que j'oublie : je joue à ces jeux parce que la trilogie PS2 est sortie en HD pour Bobox et PS3. Je ne saurais vous dire s'il y a de grosses améliorations par rapport aux jeux d'origine. Ce qui est sûr, c'est que c'est moins beau que les jeux actuels (textures bof), mais qu'on sent une touche next-gen sur les lumières par exemple. Les scènes vidéos sont celles qui ont le plus souffert de la transition PS2->PS3. Autant le in-game est quand même visiblement lissés, autant les scènes vidéos paraissent horriblement laides. A priori, le deuxième volet réussit mieux son passage en HD (les scènes vidéos sont déjà plus belles, et ont été adaptées à la taille des télés actuelles). Je verrai pour le 3 plus tard.

Les dernières news

Pour terminer, je vous ai parlé du reboot qui sortira en janvier prochain. Si vous voulez jeter un oeil, je vous mets le trailer sorti à l'E3, ainsi qu'un trailer de DMC4 pour comparer. Vous allez voir, le principe du beat 'em all est le même. Mais les environnements sont totalement différents, et le personnage principal est massacré (du classe, on passe au jeune rebelle... sick ) :

LE REBOOT

DEVIL MAY CRY 4


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#2 10-06-2012 12:56:56

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

Bon bah j'ai déjà fini Devil May Cry 2 (4h30 de jeu beuh -seulement la partie de Dante hein, en mode normal). Je comprends pourquoi les fans ne l'aiment pas (ça me fait penser que j'étais tombée sur une critique du jeu très justement titrée "fans did cry" lol lol lol ).



En gros, le principe est similaire au premier jeu : beat 'em all où Dante alterne entre combats à l'épée et aux armes à feu. On affronte un bestiaire assez peu varié, et qui n'a rien à voir avec celui du premier (des espèces de squelettes qui nous envoient des "roues en bois" huh , des grosses chèvres volantes ( beuh ), des petits démons tout noirs, et des démons à pics bleus, et en gros, c'est tout). Les boss ne sont vraiment pas sensationnels, à tel point qu'ils ont été en repêcher du premier jeu (l'araignée et l'aigle géant débarquent ainsi de nulle part). Ah pi il y a des moments un peu WTF?! au début, où on doit se fritter avec un hlicoptère et des chars ( beuh ). On enchaîne donc tout ça sans trop comprendre d'où ça vient. Ça n'a ni queue ni tête... comme le scénario (mais je vais y revenir).

Comme dans le premier jeu, on peut à peine améliorer ses compétences tellement on ne gagne pas assez d'orbes rouges. Si on peut transporter plus d'étoiles/pierres, ça ne sert pas à grand chose vu l'augmentation du prix après deux achats. Et c'est pas comme si on trouvait suffisamment d'objets dans le décor pour ne pas avoir besoin d'en acheter en cas de boss. Franchement, si a priori le jeu avait l'air simplifié de ce point de vue là, on se rend vite compte que ce n'est absolument pas le cas. D'ailleurs, je n'ai jamais augmenté ma jauge d'état diabolique. Et si j'avais su, je n'aurais pas amélioré la puissance de mon épée de base et des pistolets, puisqu'il vaut mieux utiliser d'autres armes en fin de jeu.

Question pratique, les contrôles ont été améliorés. C'est vrai, je l'admets. Dante dispose même de meilleurs mouvements, qui le rendent encore plus classe. D'ailleurs, pour continuer à souligner le (seul) bon point du jeu : le héros est plus réussi visuellement, notamment de visage, et aussi dans ses déplacements. Voilà, on a fait le tour de ce qui est mieux que dans le 1 ironique . Surtout que contrôles améliorés ne veut pas dire meilleure gestion des combats : fini les indications de combos à réaliser dans le menu principal !

D'ailleurs, les améliorations d'armes que l'on achète n'a pas l'air de nous donner accès à de nouveaux coups. En gros, les attaques démoniaques de Dante se réalisent toutes seules, en état diabolique, quand on bourrine à l'aveugle sur la manette. C'est donc devenu du "joueur, débrouille-toi tout seul". roll (Alors autant le premier était difficile car assez technique, autant celui-là est devenu n'importe quoi tellement ils ont voulu facilité la prise en main). Et puis, clou du spectacle : la plupart des boss se zigouillent en 4 minutes, à distance, à coup de lance-roquettes beuh (véridique !!!!).

Allez, pour rigoler un dernier petit coup, je termine sur le scénario. ironique Déjà, le jeu a perdu sa griffe. S'il n'y avait pas Dante, on aurait du mal à comprendre qu'il s'agit de Devil May Cry. Il n'y a plus rien de gothique dans les environnements (urbains ! et aussi bien trop monotones, avec des rues, des rues et encore des rues). Fini aussi les histoires de démons légendaires, et fini le style kitsch assumé. Dante est impassible, voire froid. Il ne plaisante jamais, et il a l'air de s'ennuyer au plus haut point (et c'est quoi ce délire de jouer à pile ou face ? huh ). Le ton sérieux déstabilise au début, surtout qu'il n'est pas vraiment mis à profit pour développer quoi que ce soit.

En effet, c'est encore pire que dans le premier volet. Les scènes vidéos sont rarissimes et très courtes. Les répliques sont courtes. L'histoire est hyper basique et jamais exploitée (en gros, si on voit la première et la dernière scène, on a tout compris !). Tu m'étonnes que Dante soit blasé ! lol D'ailleurs, Dante débarque là-dedans comme un cheveu sur la soupe. Le début in medias res n'est jamais expliqué. On ne sait pas vraiment pourquoi Dante se ramène et se retrouve embarqué dans une histoire qui ne le concerne pas. Quant à Lucia, le second personnage avec qui on est censé refaire la même aventure, elle n'apporte rien (elle fait du Trish bis, en en moins bien... pourtant, Trish, c'était déjà pas l'extase roll ). Bref, une narration vraiment très mauvaise : limite hors sujet tellement on a l'impression que Dante n'a rien à faire là.

Apparemment, le 3 a corrigé le tir. On verra bien.


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#3 15-07-2012 23:18:04

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

J'ai fini Devil May Cry 3 big_smile (fini, c'est relatif vu les modes supplémentaires offerts, mais disons que j'ai bouclé une fois l'aventure principale, et que ça me suffit amplement).

Que dire ? Et bien, il explose DMC2 haut la main ! Je dirais même qu'il fait oublier le combo DMC1+DMC2ironique Quel soulagement ! Surtout que si vous avez lu mes deux posts précédents, vous avez compris que je n'ai pas démarré la série avec la meilleure impression du monde. Encore, le premier était passable, mais le deuxième... sick Le principe du troisième est pourtant le même (beat 'em all), mais il n'a pas commis l'énorme erreur du 2. Il a donc judicieusement ré-adopté le gameplay technique du premier. Mais ce qui est fort, c'est que DMC3 a TOUT amélioré cool . Voici de longs détails sur le gameplay (si ça vous intéresse pas, vous pouvez passer aux paragraphes plus généraux juste en-dessous ange ):



  • Comme d'habitude, Dante peut alterner entre armes à feu et armes blanches/gants démoniaques. Mais on est invité à gérer son choix d'armes avec beaucoup plus de soin que d'habitude : le protagoniste n'a pas le droit de transporter plus de deux armes à feu, et plus de deux armes blanches. Pour les armes à feu, je vous avouerais que ce n'est pas un problème, les doubles pistolets étant largement les meilleurs (rapides et efficaces quand améliorés au maximum). Pour les armes blanches, selon les ennemis, certaines sont préférables (de plus, on trouve des statues à détruire uniquement avec une arme spécifique). On peut changer d'équipement seulement lorsqu'on est devant une statue dorée portant un sablier ou en début de mission.

  • Le gameplay principal est toujours extrêmement dynamique avec ses nombreux combats. Les mouvements ont encore une fois été améliorés. Ils sont plus fluides et plus variés. De plus, le menu avec les indications de touches pour réaliser les attaques sont de retour (soulagement pour ma mémoire...). Ainsi, on ne bourrine plus la manette à l'aveugle comme dans l'infâme deuxième volet ironique . J'ai trouvé les attaques relativement faciles à assimiler (du moins, les attaques principales). Mais n'étant absolument pas une pro de la technicité excessive, j'ai eu beaucoup de mal à réaliser les enchaînements de combos qui permettent d'atteindre le summum des points de style (avec les petits commentaires hiérarchisés qui s'affichent à l'écran comme "dope!", "alright!", "stylish!"...).

  • Le jeu profite pleinement de son statut de préquel. Ainsi, on apprend à maîtriser un jeune Dante au fur et à mesure (attaques/armes). Il ne dispose pas de ses pouvoirs démoniaques avant les trois quarts de l'aventure. On doit donc s'en remettre principalement à l'épée et aux armes à feu. Une fois que la jauge fait son apparition, on peut de nouveau le transformer en démon de manière temporaire (le temps que sa jauge démoniaque se vide -elle se recharge toujours lorsque l'on se bat ou lorsqu'on utilise une étoile violette). En état démoniaque, Dante devient beaucoup plus fort et rapide (par contre, je ne sais pas si c'est moi, mais contrairement à DMC1, je n'ai jamais réussi à profiter de cet état pour invoquer des pouvoirs spéciaux ou réaliser des attaques particulières).

  • Puisque j'ai parlé d'étoiles violettes, sachez que l'on retrouve presque tous les objets habituels avec leur système d'achat grâce aux orbes rouges gagnées pendant les combats : les étoiles vertes (pour la santé), les étoiles violettes (pour la jauge démoniaque), l'eau bénite (pour faire le ménage autour de nous), les pierres bleues (pour agrandir notre barre de vie), les pierres violettes (pour agrandir notre barre de jauge démoniaque), et enfin les orbes jaunes (pour ressusciter). Plus on en achète, plus elles coûtent cher. Il faut donc toujours être vigilent et ne pas trop se reposer sur elles (par exemple, j'ai conservé mes deux pierres de résurrection jusqu'à l'avant-dernier niveau). Il est possible de trouver plusieurs de ses objets dans les environnements, mais il y en a assez peu.

  • Il y a une très grosse nouveauté : en début de jeu, le joueur est invité à choisir un style de combat. Il y en a 4 : l'esquive, l'épée, les pistolets et la parade (Ce ne sont pas les termes exacts, mais c'est l'idée tongue ). Par défaut, on est en mode esquive. Ce mode de combat se joue principalement avec la touche O (sur PS).  J'ai trouvé cette initiative excellente puisque ça permet de satisfaire l'approche que l'on a des combats. On peut améliorer notre niveau dans ces différents modes à force de les utiliser, et évidemment, un mode augmente nos capacités dans un des aspects concernés.

    Personnellement, après avoir joué avec l'esquive le temps de deux-trois niveaux, j'ai basculé en mode gunslinger (pistolets), parce qu'il est vrai que j'ai toujours eu souvent recours aux armes. En mode esquive, je pouvais faire glisser Dante sur plusieurs mètres et courir sur les murs pour éviter les ennemis. En mode gunslinger, j'ai pu renforcer la puissance de mes tirs (notamment en maintenant la touche d'attaque quelques secondes avant de "tout faire péter" demon ).

    Une fois que Dante possède sa jauge d'état démoniaque, on acquiert deux nouveaux modes de combats : le premier propose de maîtriser le temps et l'espace. Et le second s'appelle Doppelganger (vous l'aurez compris, Dante peut se dédoubler pour perturber les ennemis). J'ai adoré le temps et l'espace : on peut ralentir les ennemis et les maraver à loisir. La limite ? Ces deux modes sont tellement puissants qu'ils vident la jauge démoniaque de Dante et sont donc à durée limitée (surtout si vous n'avez pas acheté de pierres violettes pour agrandir la barre d'état démoniaque !).

  • Le bestiaire ressemble enfin à quelque chose après le deux très hors sujet. Les pantins animés ne sont pas de retour, mais je ne me souviens pas m'être demandée ce que "ce truc fichait là" en voyant les premiers ennemis. Il y a des faucheurs, des sortes d'illusionnistes, des harpies géantes et très coriaces inspirées de DMC1, des espèces de trucs rouges volant que j'ai inconsciemment associés à Mushu de Mulan lol ect... Les boss sont aussi très sympas, et beaucoup semblent venir de la mythologie grecque, ce qui n'est pas un mal, étant donné que la série traite toujours de démons tentant d'envahir le monde des humains. On a ainsi un chien à trois têtes, une sorte de félin géant, un cheval de course dans une arène de gladiateur, une sorte de dame vampire invoquant des chauves-souris, ect... Finalement, le seul intrus dans l'histoire, c'est l'espèce de joker local (le bouffon qui rigole huh ), même s'il y a un twist à son sujet. Sinon, Mister Arkham était vraiment cool pour apporter un peu de ténèbres à tout ça ! Et Vergil est plutôt coriace...



Pour finir, je me dois donc de faire une synthèse de ce gameplay décidément très riche et travaillé. Je crois que DMC a atteint son apogée (à voir si le 4 est à la hauteur puisqu'il m'attend sur mon étagère tongue ). C'est un peu complexe à comprendre pour quelqu'un qui n'est pas habitué à la série, mais il y a un nombre de possibilités, d'armes, d'attaques et de style tout bonnement gigantesque. Je suppose que les accros peuvent recommencer le jeu au moins 3-4 fois, histoire de s'essayer à tous les modes et de réussir à acheter toutes les améliorations disponibles. Parce que oui, comme dans les anciens, il faut choisir quoi améliorer puisqu'il est impossible de tout optimiser en une seule campagne, à moins d'être un boss et d'obtenir un rang S à chaque mission... D'ailleurs oui, il y a toujours le principe de missions (20 en tout). Les trois premières sont très rapides. Mais une fois dans la tour, j'en ai généralement eu pour au moins 20 minutes par chapitre. Du coup, en heures de jeu, j'ai dû facilement en avoir pour une petite dizaine d'heures (surtout que je m'étais bêtement perdue dans la tour justement... ironique ).

Le jeu est extrêmement technique pour les amateurs de beat 'em all. Je ne suis absolument pas une pro dans le domaine. Pourtant, je vous jure que j'ai bravement essayé. J'avais quand même fini le 1 et le 2 en mode normal. Mais là, au bout de 5 missions, j'ai craqué et je suis passée en mode facile (qui, je l'avoue était un chouilla trop facile à mon goût... mais le normal étant trop difficile, tant pis ! roll ). Bref, si vous n'êtes pas un grand joueur de beat 'em all, vous pourrez largement l'apprécier en mode facile (surtout qu'il y a même une option automatique si vous ne voulez pas du tout vous embêter à apprendre les combos -mais de ce côté là, j'ai fait un effort cool lol ). Il y a aussi le choix entre une partie en mode jaune ou dorée (l'une vous renvoie en début de mission en cas de mort, et l'autre vous replace au dernier point de contrôle). Vous voyez, quand je vous dis que les possibilité de ce jeu sont énormes !

Pour ce qui est de l'ambiance, on retrouve enfin des environnements dignes du premier DMC. Exit DMC2 et ses décors urbains hors sujets. L'architecture est plus tortueuse. On a même droit à des statues gothiques (même si ce n'est pas au point du premier). On voit pas mal d'environnements différents, et il sont mis à profit avec des énigmes big_smile (j'ai adoré celles avec les lampes et les miroirs), des pièges cool (aaaah les scies dans le sol, quelle galère ! s ) et des recherches de pierres pour accéder à de nouvelles zones. J'ai aussi adoré que les énigmes soient utilisées lors des affrontements contre certains boss (le coup des lumières ! Il a fallu que sois en danger de mort pour me dire que taper sur le méchant ne fonctionnait pas lol Du coup, j'avais deviné pour les miroirs dans la petite salle dans une des missions suivantes).

Malheureusement, ils se sont pas toujours cassés puisqu'au bout d'un moment, on revisite exactement les mêmes endroits dans un ordre différent et avec des ennemis différents (lorsque la tour tourne sur elle-même). Reste que je fermes les yeux parce que le monde des démons qui termine le jeu est absolument magnifique (attention, ça ne reste qu'un jeu PS2 remasterisé) : tout blanc avec le sol qui se forme sous nos pieds au fur et à mesure de nos déplacements, ou encore le moment où la gravité change sans arrêt de position coeur Même les derniers combats ont lieu dans de beaux espaces (la rivière...). C'est quand même autre chose que l'espèce de truc visqueux et rouge qui terminait DMC1 ou la lave à tout va de DMC2.

Enfin, pour le scénario et le développement des personnages, ça ne vole pas haut. Mais si vous vous souvenez, j'avais parlé de la catastrophe qui sévissait dans les deux premiers volets. Et il faut quand même admettre que pour un jeu de la franchise, DMC3, c'est carrément du grand art ! lol Le kitsch du premier volet est de retour après l'inexplicable "blasitude générale" du deuxième. Les scènes-vidéos durent plusieurs minutes, et on a donc enfin la posibilité de comprendre qui est qui et qui fait quoi pourquoi applause . Cela dit, je ne suis absolument pas fan de Lady, qui passe tout son temps à dire exactement les mêmes choses. Je n'ai pas trop apprécié Dante non plus, qui était poussé trop loin dans le kitsch (rolalala quand il se la pétait en essayant ses nouvelles armes sick ). Cela dit, il se rattrape un peu sur la fin. Et puis, on a quand même un fil conducteur grâce à l'histoire entre Vergil et Dante. Ça fait du bien après le 2 hasardeux. Les bases sont bien posées pour DMC1, malgré une incohérence dans le fond : avec tous les pouvoirs que Dante a acquis, pourquoi ne les a-t-il plus dans le 1 (oui, question de chronologie dans la réalisation des jeux. C'est juste pour pinailler tongue ).

En parlant de Vergil, pour allonger la durée de vie du titre, une fois que l'on a fini l'aventure avec Dante, on est invité à vivre celle de Vergil. Ça a un véritable impact sur le gameplay (j'ai essayé les trois premières missions du méchant frère pour voir). Il dispose d'armes différentes, de coups différents avec les gants démoniaques, d'un style de combat différent (c'est-à-dire nettement plus offensif), et d'armes secondaires absolument jouissives (le lancer d'épée bleues : ça fait un carnage dans les rangs ennemis coeur demon ). Pourtant il y a un gros hic : Vergil ne fait que visiter exactement les mêmes endroits dans le même ordre avec les mêmes boss que son frère, alors qu'il ne se trouve pas du tout au même endroit logiquement (je me demande s'ils ont aussi osé le faire passer par le ventre de la baleine de Pinocchio du leviathan beuh roll ). C'est la raison pour laquelle j'ai abandonné assez rapidement. Je préfère retenter l'aventure en normal avec Dante et ses capacités améliorées (mais si je le fais, ce sera certainement pas maintenant).

Bref, faut que j'arrête les messages de 15 kilomètres de long. siffle

Donc, que vous soyez fana des beat 'em all très techniques (mode normal puis extrêmes...), ou assez manchot avec la réalisation de combos variés à la chaîne (mode facile...), Devil May Cry 3 est une belle réussite, tant il est complet smile Le gameplay est dynamique et très riche (sûrement difficile à assimiler et apprivoiser si c'est votre premier DMC, mais avec le temps, on arrive à tout tongue ). Et il y a un réel effet boost grâce à l'état démoniaque et les deux derniers styles proposés. On mesure toute l'ampleur de contrôler un demi-démon cool Il y a de tout : de la baston à foison, des secrets en tout genre à dégommer, des améliorations à acheter, des énigmes à résoudre, des pièges (mission 15...) et des décors variés (en dépit d'un coup de mou sur plusieurs missions). Si je ne vous recommandais pas les deux premiers, celui-ci est un excellent beat 'em all. De tous ceux que j'ai faits (certes, pas beaucoup), c'est pour l'instant mon préféré. Il faut juste passer outre le kitsch et les graphismes (mais bon, en version resmasterisée, ça ne pique pas les yeux). Vraiment, si vous avez l'occasion de l'essayer, je vous le conseille. J'espère que le 4 sera dans cette veine là.


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#4 02-08-2012 23:04:24

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

Je voulais désespérément boucler le quatrième volet en mode normal avant de venir donner mon avis. Mais j'arrive pas. Comme un gros boulet, je suis coincée à la mission 18 (sur 20...). Fichu boss final de Zm&zO=kgp!JI2% !!! demon lol (et en plus, c'est la partie la plus facile du combat... siffle ).

Bref, je viens donc vous faire part de mon impression quant à ce Devil May Cry 4. Et d'emblée, je l'adoooooore !!! C'est mon petit chouchou ! coeur Voilà, je crois que toute l'objectivité subjective vient d'être posée. lol Trêve de smileys, je vais essayer de synthétiser ce que j'ai envie de dire, parce que quand je vois la taille de mes messages, je me fais peur. Avant toute chose, comme ses aînés, DMC4 reste évidemment un beat 'em all où l'on casse du démon, dans des environnements plus variés qu'auparavant, avec parfois un twist gothique pour revenir aux sources.

  • Les classiques du gameplay : Les mécaniques de jeu sont similaires aux précédents volets. On retrouve donc des combats à l'épée, durant lesquels il faut faire le plus d'enchaînements de combos pour obtenir des points de style. Ainsi, on améliore son score en fin de mission, et on gagne des "âmes fières". Et oui, la petite nouveauté, c'est que les orbes rouges récoltées pendant les combats ne servent plus qu'à acheter des objets (avant, on acquérait tout avec ces fameuses orbes). Désormais, les âmes fières servent à acheter des compétences pour la bataille. Bien sûr, on peut aussi se battre avec les habituelles armes à feu. Enfin, il y a la petite touche démoniaque bienvenue, à durée limitée, comme d'habitude. Elle sert toujours à devenir momentanément surpuissant.

  • Les nouveautés du gameplay : LA nouveauté vient du tout nouveau protagoniste, Nero. Le jeune homme possède un bras démoniaque, appelé le "devil bringer". Ce bras, luisant de couleur bleue, lui permet au choix de : attirer les ennemis vers lui ; envoyer les ennemis valdinguer ; donner des coups de poing bien sentis ; faire tournoyer les gros ennemis en les envoyant frapper le sol à droite puis à gauche, ect (j'adore cette prise demon ) ; saisir une prise en hauteur pour les phases de plateformes

  • Le retour de Dante : Où est Dante, le chasseur de démons ultra classe des trois premiers volets ?! Et bien rassurez-vous, il est toujours présent dans le jeu big_smile En effet, il est jouable dans l'aventure, et pas dans une campagne secondaire : le jeu ne laisse pas le choix et fait changer de protagoniste en cours de route (scénario oblige...). Quand on récupère ce bon vieux Dante, on dit adieu à toutes les armes et techniques de Nero, et surtout à son Devil Bringer. Et mine de rien, croyez-moi, on se repose très vite sur ce bras démoniaque, si bien que Nero nous manque dès qu'il nous laisse tomber tongue

  • Le retour des styles : Heureusement, Dante a des spécialités bien à lui. Ainsi, les quatre styles principaux de DMC3 sont de retour : trickster (esquive) ; swordmaster (épée) ; gunslinger (pistolets) ; royalguard (parade). Si vous avez lu ma critique, vous savez à quel point j'ai adoré ça. Autant dire que c'est la grande joie que de les retrouver ! Surtout que l'on peut désormais en changer quand bon nous semble, en plein milieu d'un combat si le coeur nous en dit. D'une simple pression sur la croix directionnelle, Dante se met à crier le nom du style en faisant un petit geste je-me-la-pète (sic ! lol ), et hop, les réjouissances sont de mises.

  • Le grand carnage : Dans le même genre de fonctionnement, on peut alterner entre épée/gants, et armes à feu d'une simple pression (R2-L2). On a vite fait d'agrandir notre collection, contrairement à Nero (qui conserve une seule épée et un seul pistolet, sans aucun style de combat particulier, tout au long de ses missions). En fait, avec Dante, c'est un festival. On a de quoi faire un véritable massacre. C'est de la folie tellement il paraît surpuissant. On s'en rend particulièrement compte lorsque l'on lamine un boss en 3 minutes chrono quand il en avait fallu 10 avec Nero. lol Mais franchement, c'est très appréciable de sentir une différence de gameplay quand on change de personnage. Certes, ça aurait pu être encore plus prononcé, mais c'est déjà très satisfaisant en l'état (et puis, y'avait le risque de perdre le joueur en changeant trop les contrôles).

  • C'est magnifique !!! coeur Le jeu est visuellement sublime ! Alors oui, peut-être dis-je ça parce que je viens de passer de la trilogie remasterisée à un vrai jeu HD. Mais je suis sûre et certaine de ne pas m'être toujours émerveillée à ce point devant certains jeux. Parce que quand on arrive pour la première fois devant le château (avec la lune, puis sur le pont), ou encore quand on entre dans la forêt verdoyante et lumineuse, ça laisse pantois. Oui, je fais partie de ceux qui ont fait tourner la caméra dans tous les sens pendant 5 minutes avant de songer à continuer à avancer ironique (J'en profite pour dire que les caméras sont désormais mobiles dans la plupart des plans, sauf exceptions. C'est un petit luxe vu le passé de la franchise, mais cela n'empêche pas quelque couacs, notamment dans les phases de plateformes).

  • Le kitsch est toujours là : les héros aiment se moquer des méchants, qui eux, aiment être ridiculisés (notamment les boss secondaires). Dante adore aussi prendre les poses les plus improbables. D'ailleurs, ça a été assez loin dans l'improbable, puisqu'il y a un passage où on enchaîne une scène vidéo style séduction latine, puis grande représentation théâtrale lors d'un dialogue avec un boss (sic !!). Au début, on regarde ça comme ça : huh ; puis on finit comme ça : lol . J'ai même visionné cette deuxième scène une deuxième fois. Ils ont un peu pété les plombs, mais y'a un côté hilarant indéniable à ce genre de tentative sortie de nulle part. Aaaaah sacré Dante ! (Oui, le jeu devient particulièrement drôle une fois que Dante reprend le lead, Nero étant beaucoup plus sérieux, stressé et perdu dans les événements... tongue ).

  • Le scénario est tip top, enfin pas totalement... Il y a eu un réel effort du côté mise en scène (les scènes vidéos sont assez longues et vraiment pas mal). Je fais partie de ceux qui approuvent l'initiative de changer de personnage principal après coup (oui, j'étais pas enthousiaste à la base). Pari assez risqué dans une franchise où Dante était invariablement le seul héros, d'autant plus qu'il avait un style assez inimitable. Pourtant, c'est là toute la force du scénario à la base :

    Le jeune Nero fait partie d'un ordre qui combat les forces démoniaques, dans une ville qui idolâtre le démon protecteur Sparda (accessoirement le père de Dante). Alors qu'il y a une cérémonie dans la cathédrale, le grand prêtre se fait assassiner sous les yeux de la foule par un intrus tout de rouge vêtu : Dante bien sûr. De là, Nero se lance à sa poursuite sous les ordres de son supérieur. Ainsi, on découvre la ville, l'ordre, et le problème Dante du point de vue de Nero. Mais au fur et à mesure, Nero comprend qu'il y a des traitres et surtout, il se découvre des pouvoirs démoniaques de plus en plus puissants, qui ne manquent pas de l'effrayer. On se tape aussi une histoire d'amour, qui pousse le jeune homme à aller de l'avant (mais bon, la dénommée Kyrie est d'une platitude abyssale roll )...

    J'ai absolument adoré les interactions entre Dante et Nero. Elles sont géniales. Ça peut aller du combat super stylisé, aux répliques hilarantes (merci Dante), à un lien plus "affectueux" ("adios kid!" lol ).

  • Le scénario n'est pas tip top à la fin : toute la tension et le suspense tombe à l'eau lors des derniers chapitres : si l'histoire spécifique à ce volet prend bel et bien fin (l'ordre, l'assassinat et tout ça), les mystères les plus intrigants pour la franchise ne trouvent aucune réponse (Bon sang, QUI est Nero ?!!!! mad ). Et voilà, c'est ce qui m'intéressait le plus dès le début. Il y a de nombreuses questions autour de ce nouveau personnage, et elles sont à peine effleurées.

Je vais m'arrêter là pour les détails. Pour résumer, comme d'habitude, le jeu est tout à fait accessible en mode facile pour les manchots du beat 'em all (comme moi) ; et plus on va haut dans les modes de difficultés, plus il faut faire briller sa technique. Il est aussi très beau visuellement (par contre, il souffre de quelques légers ralentissements, notamment dans la forêt ; je ne sais pas si ça vient de la PS3). Il est suffisamment intrigant avec son intrigue simpliste, et son kitsch assumé fait mouche (aaaaah Dante !! lol ). Si l'on doit retraverser plusieurs fois les mêmes environnements, le changement de météo et d'ennemis, et surtout le changement entre Nero et Dante permet d'atténuer la répétition.

Je vous recommande DMC4 plus que chaudement big_smile, même si vous êtes seulement joueur occasionnel de beat 'em all (comme moi en fait tongue ). Et puis, il ne requiert pas que vous ayez fait la trilogie PS2, étant donné qu'on démarre avec un nouveau personnage et une nouvelle intrigue. Bien sûr, la transition Nero-Dante sera un peu plus délicate sans connaître préalablement les styles de Dante, mais vu le menu identique à celui de Nero, ça doit pas être trop compliqué à saisir.

PS : Aaaaah ce jeu mérite une suite, bon sang !!! roll Au lieu de ça, le reboot arrive avec ses grands sabots pleur06 (je prie donc pour qu'un jour, Capcom décide de nous fournir un DMC5 qui répondra à l'énigme qu'est Nero. L'espoir fait vivre...). Je sais pas trop si je vais tenter le reboot maintenant. En fait, à la base, j'avais dans l'idée de me faire toute la franchise pour aborder le fameux reboot, mais ce ne fut pas une très bonne idée, puisque me voilà fermement attachée à l'univers original.

Dernière modification par Cara (02-08-2012 23:17:17)


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#5 06-08-2012 16:34:05

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

Un tout petit mot pour dire que finalement, j'ai réussi à finir les dernières missions en mode normal cool .
En fait, la mission 18 est tout à fait faisable (j'ai eu recours à une seule étoile vitale). Je sais pas pourquoi j'étais autant perdue. Pour la mission 19, les boss sont légèrement plus coriaces qu'avant, mais avec quelques étoiles vitales (2 ou 3), on s'en tire facilement (surtout qu'il y a des orbes vertes à chaque étape de l'ascension, pour justement nous éviter trop de gaspillage).

Par contre, pour la mission 20 : MAMA MIA !!! Je n'ai jamais utilisé que 3 étoiles de soin, 1 fiole d'eau bénite et 1 orbe de résurrection... ironique Ah la vache, j'ai cru que je l'aurai jamais ! Il était bien corsé, coriace et résistant. J'arrivais pas à esquiver toutes ses attaques (et quand il attaque avec Sparda, il fait pas dans la dentelle...). Le truc de fou. J'ose même pas imaginer ce que ça donne en difficile.

En parlant du difficile, j'ai tenté les deux premières missions par curiosité. En fait, on dirait le mode normal de DMC3 lol C'est-à-dire que les ennemis standards mettent du temps à mourir, et que leurs coups peuvent occasionner un tantinet de dégâts (surtout qu'ils sont assez réactifs/agressifs). Mais rien d'insurmontable quand on a fini DMC1 en normal (c'était déjà le cas). Par contre, pour les boss, ça s'annonce chaud. Je n'ai affronté que le premier, et heureusement qu'il me restait deux étoiles vitales de mon stock fait en mode normal. Sinon, j'aurais pas réussi. Autant dire que ça s'annonce vraiment dur (comme je le disais : exactement comme le mode normal DMC3).

Je pense pas refaire toute l'aventure en difficile. J'adore le jeu, mais j'ai pas envie de passer mon temps à courir après des orbes rouges pour acheter désespérément des étoiles vitales... roll En tout cas, je suis contente d'avoir fini 3 des DMC en normal big_smile Je désespérais un peu après le 3 (d'ailleurs, je devrais peut-être le réessayer dans ce mode tongue ).

Dernière modification par Cara (06-08-2012 16:35:18)


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#6 14-08-2012 22:03:01

François
Archiviste
Oathbringer
Inscription : 21-08-2006
Messages : 14 152
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Devil May Cry

Wahou, toujours aussi fan de tes jeux vidéos toi beuh

J'ai souvent croisé cette série de jeu dans des magasines de jeux vidéos et sur Internet, principalement du fait des postures très "poseurs" du personnages principale, mais je n'ai jamais eu l'occasion de m'y essayer. Pourtant un jeu où il faut dégommer tout ce qui bouge sans trop se soucier du reste est tout à fait dans mes cordes ironique

Tes avis me donnent envie de m'essayer au 4 smile A voir si je trouverai le temps et surtout si je ne laisserai pas tomber au bout d'une ou deux heures comme ça m'arrive souvent avec les derniers jeux que j'ai essayé sad

Hors ligne

#7 15-08-2012 18:55:16

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

a écrit :

Wahou, toujours aussi fan de tes jeux vidéos toi beuh

J'avoue ironique , mais c'est par période. Des fois, la console peut rester éteinte pendant 3 à 6 mois (sic !).

a écrit :

J'ai souvent croisé cette série de jeu dans des magasines de jeux vidéos et sur Internet, principalement du fait des postures très "poseurs" du personnages principale, mais je n'ai jamais eu l'occasion de m'y essayer.

En fait, j'ai l'impression que Devil May Cry est effectivement beaucoup connu pour son style visuel immanquable dans le genre tape-à-l'oeil. Mais on dirait pas qu'il y ait tant de monde qui y a déjà joué (à part peut-être au premier volet qui a apparemment fait pas mal de bruit lors de sa sortie en 2001, mais j'étais trop jeune pour m'intéresser qu'à autre chose que Tomb Raider et Crash Bandicoot à l'époque siffle ). Finalement, pour un beat 'em all d'une série déjà installée, il est vraiment très accessible, aussi bien du point de vue du gameplay que scénaristique.

Cela dit, pour être honnête jusqu'au bout (en dépit de ma subjectivité totale à l'égard de ce titre coeur ange ), les réserves à émettre pour les nouveaux joueurs sont à mon avis les suivantes :

  • On peut être amené à se demander qui sont les deux demoiselles qui apparaissent brièvement aux côtés de Dante (elles viennent des anciens volets, mais rien n'est expliqué à leur sujet. Après, c'est pas comme ci elles étaient là pour autre chose que le clin d'oeil et/ou leur physique).

  • La vraie chose déroutante, c'est à mon avis lorsque l'on doit prendre le contrôle de Dante, dont les aptitudes et possibilités divergent de celles de Nero. Apprendre à switcher entre les armes et les styles est sûrement un réflexe difficile à intégrer. En fait, la compréhension même de ce que sont les styles et ce qu'ils apportent au gameplay doit être un peu nébuleux pour tout joueur ayant zappé DMC3. Mais je ne pense pas que ce soit plus insurmontable que maladroitement balancé à chaud au nouveau joueur.

  • J'ai aussi dit que le scénario manquait de réponses à la fin, concernant Nero. Et sans avoir fait DMC1 et DMC3, ça doit paraître encore plus "vide" de ce côté. Les références et "points intrigants" étant impossibles à déceler. Reste que l'intrigue principale est bel et bien bouclée (mais c'est pas le point fort du titre tongue ).

Bref, si tu as l'occasion d'y jouer, hésite pas. Il se trouve pas cher, même neuf ; je l'ai eu à 20 euros sur un site de vente en ligne bien connu, avec la notice en allemand par contre... roll (mais le jeu s'est bien mis en VOST -Capcom oblige).

Et voilà une vidéo de 3 minutes qui montre quelques aspects du gameplay (combats, aussi bien avec Nero que Dante, et plateforme où on voit bien la caméra soudainement fixe). Tu peux même zapper les 40 premières secondes vu que c'est un extrait de scène vidéo qui ne sert à rien (totalement "random" comme disent les Anglais ironique ). Et avec l'extrait vidéo à la fin (qui se trouve tout au début du jeu), on peut comprendre pourquoi les poses de Dante sont aussi stylisées, tant le jeu se veut hyper dynamique et visuel :


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#8 09-12-2012 13:29:04

François
Archiviste
Oathbringer
Inscription : 21-08-2006
Messages : 14 152
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Devil May Cry

Après plus de 5 ou 6 heure de téléchargement (je suis en ville avec l'ADSL pourtant... et ils veulent qu'on passe tous au téléchargement plutôt que l'achat en boîte...) , j'ai très rapidement testé la démo du prochain épisode.

L'écran de chargement est un peu gore, l'univers paraît assez réussit, et le système de jeu doit être bien défoulant quand on l'apprécie, mais je ne pense pas que j'y accrocherai.

Hors ligne

#9 09-12-2012 18:39:53

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

Je suis encore en phase de remise psychologique du reboot pour ma part... ironique

Question débile ( ange ) : comment télécharge-t-on les démos ? J'ai cherché sur le PSN en tapant Devil May Cry, mais je tombe que sur les anciens volets ou sur la pré-commande du reboot. Parce que je suis quand même assez curieuse de tester la chose.


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#10 09-12-2012 19:27:22

François
Archiviste
Oathbringer
Inscription : 21-08-2006
Messages : 14 152
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Devil May Cry

Il y a une section démo normalement, elle doit être parmi les dernières.

Sinon, tu peux te connecter et "acheter" sur le PSN depuis ton PC maintenant, via ce site (tu arriveras sur la fiche du jeu) : https://store.sonyentertainmentnetwork. … O000000001

Hors ligne

#11 09-12-2012 21:56:27

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

Super ! Merci ! Je viens de le faire. Je testerai la démo demain soir ou après demain, je pense. J'ai pas vu de sections démos, mais je suis encore novice quant au PSN. J'avoue que je le trouve pas très pratique (je sais pas si c'est chez moi en plus, mais c'est parfois super lent). J'ai bien vu les sections jeux/TV/Cinéma, mais s'il y a démos au même endroit, j'ai pas fait attention du tout.

(j'en profite pour partir un peu en HS tant qu'on parle du PSN : est-ce que tu sais si on peut faire des sauvegardes des DLC qu'on a achetés ? Je veux dire en dehors de la PS3 ? Ou est-ce qu'on peut toujours les re-télécharger une fois qu'ils ont été achetés, si par exemple, on change de console ? Parce que je commence à accumuler les DLC de RE6 là et j'ai toujours "peur" qu'il arrive un truc à ma console vu qu'elle prend de l'âge. Certes, ça veut rien dire du tout, mais on sait jamais).


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#12 14-12-2012 22:47:50

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

Ça y est : la démo a enfin été testée de mon côté. J'ai fait deux fois l'extrait de niveau, et je viens tout juste de finir le boss. Je suis biaisée, étant donné que je suis attachée à l'univers original. Je vous préviens que j'ai quelques critiques de l'ordre mais-c-était-mieux-avant à faire... ange Mais le jeu donne quand même envie. Pari réussi pour les petits coquins de chez Ninja Theory alors ? ironique

- C'est beau, c'est stylé, c'est dynamique, et c'est très fluide, mais ça ressemble pas à Devil May Cry. Je boude. demon Aussi bien du point de vue du design que de l'attitude, je ne me remets toujours pas de ce nouveau Dante quand l'original avait tellement la classe (DMC4 quoi). Mais il n'y a pas que ça : l'univers tout entier a changé. Adieu châteaux gothiques et environnements vieillots, bonjour citadisme (c'était comme ça que DMC2 s'était tiré une balle dans le pied ...enfin, j'dis ça, j'dis rien siffle ). Bien sûr, ce n'est qu'un extrait et rien ne dit que tout le jeu sera comme ça. Et puis, y'avait deux passages en ville dans DMC4, certes.

- Le gameplay est extrêmement similaire aux jeux précédents beuh La nouveauté, c'est que ce néo-Dante combine les capacités de old-Dante (épée/"hache") et de Nero (faulx). Mais en gros, on s'y retrouve en deux secondes quand on a joué aux anciens volets. Même les touches sont parfois identiques. On retrouve joyeusement orbes rouges, combos et points de style. Du coup, bah... ça envoie du steak de poney lol

Je ne comprends pas hmm Oui, y'a des nouveautés. Mais les bases sont exactement les mêmes. C'est donc un reboot de l'univers seulement. Un reboot visuel dans l'espoir d'attirer les joueurs occidentaux. Du coup, ça donne l'impression que c'est juste une façade. On retrouve tout : le dash, le double saut, l'esquive, le tournoiement de l'arme, les doubles pistolets, un nouveau Devil Bringer... Pourquoi faire un reboot qui ne change rien du tout au gameplay ? Et qu'est-ce qui était tellement gênant dans l'univers de départ ? Le kitsch ? Ils se sentent vraiment mieux et plus sérieux avec un Dante rebelle qui balance des "f*ck you" au boss ? ironique D'ailleurs, j'en parle du boss-escargot-diforme à la voix suraiguë ? roll

Paix à ton âme DMC(4). pleur06 Après, baaaah, le gameplay étant à peu de choses près le même, ça me plaît bien tout ça. C'est fun à jouer. Le système de combo a l'air plus facile à apprivoiser étant donner qu'on dispose de 4 armes différentes (ça sera plus facile d'aligner les points de style). Mais ce sont surtout les phases de plate-formes qui ont été dépoussiérées. Je surkiffe déjà l'arme angélique (la faulx) pour "voler" d'un endroit à l'autre. J'aime bien aussi l'effet de l'univers parallèle (les limbes ?) qui tente d'aspirer Dante et déforme littéralement l'environnement pour le retourner contre lui.  cool Sinon, la difficulté reste la même. J'ai joué en normal, et j'ai trouvé ça déjà assez "dur" pour commencer.

(Ah, Capcom oblige, j'ai eu un flash de Resident Evil en voyant le tronçonneur débarquer de nulle part. On a tellement l'habitude d'en avoir un dans les RE action, que j'ai souri en entendant le bruit de la chose dans les rues de la ville. Heureusement, il ne tranche pas la tête en un coup celui là ironique ).

Bref, je suis vendue... Je pense que je l'achèterai. Mais je crois que j'attendrai quelques semaines/mois, histoire que le prix baisse. Surtout qu'ils ont déjà annoncé un DLC sur Vergil (abusé demon ).


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

#13 19-04-2013 15:13:51

Cara
Mord-Sith
Lieu : 89
Inscription : 16-07-2007
Messages : 3 853
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Devil May Cry

Après acquisition du jeu en occasion, j'ai pu tester les 20 missions qui composent l'aventure en mode normal. Comme dans les anciens volets, je trouve que c'est déjà assez "dur" (pas insurmontable, mais suffisant pour ma part. Je ne passerai pas aux modes de difficulté supérieurs). Y'a des ennemis assez agaçants à cause de leur résistance ou de leurs attaques sournoises, et lorsqu'on a les deux genres en même temps, le tout agrémenté d'ennemis standards, c'est pas évident de ne pas y laisser une partie de sa jauge de santé...

Bref, je n'ai rien à redire sur le gameplay. C'est fluide, réactif et nerveux. En revanche, je sais pas si c'était modifiable dans les options, mais les touches L2 et R2 pour sélectionner l'arme angélique ou démoniaque m'ont parfois posé quelques soucis (c'est peut-être mon cerveau qui coordonne mal mes mouvements et mes petits doigts, mais voilà, c'était parfois ennuyant de perdre à cause du besoin d'enchaîner une touche et l'autre. Si encore, y'avait pas besoin d'esquiver avec ...R1 ! Bref, pas convaincue par ces deux choix de boutons). De même le changement d'armes était pas forcément naturel. Je comprends le principe d'utiliser les flèches, mais quand on a deux secondes pour passer de l'une à l'autre, on se mélange parfois les pinceaux.

Les phases de plateformes étaient super pour la plupart. C'était plus ambitieux que dans les anciens volets, et en dépit de quelques moments de cafouillage (R2/L2... roll ), ça m'a plu. Et de manière générale, j'ai trouvé les missions bien équilibrées (ni trop longues, ni trop courtes, ni trop insurmontables lorsqu'on passe de plein d'ennemis à un gros boss). J'ai mis 15h de jeu pour boucler l'aventure une première fois (sachant que j'ai pas mal exploré les niveaux dans l'espoir de dénicher les âmes perdues et les clés cachées. Si on retire ces moments de recherche en plus des fois où j'ai dû recommencer après une mort, je pense que ça tourne plus autour de 11-12h).

Le scénario est sympa (il est accessoirement mieux mis en scène et plus développé que dans les deux, si ce n'est pas les trois, premiers jeux). Mais y'a rien de sensationnel, surtout que la volonté de se la jouer jeune et branchée n'a pas conduit qu'à de bonnes choses (les insultes qui fusent, les nanas très "distinguées", les coucheries de Mundus... roll ). Et puis, l'ennui, c'est que finalement, lorsque l'on a fait les originaux, on n'a pas vraiment de surprise dans les derniers rebondissements :

Spoiler DmC (fin), cliquer pour lire
Bouh, Vergil est méchant et veut dominer le monde à la place de Mundus. J'attendais son retournement de veste depuis sa première apparition en mission 2 ou 3 hein ! ironique Sauf que j'ai cru qu'il voulait aussi dégager Dante, mais en fait, il aimait vraiment bien son frérot (c'est mignon tongue ).

Reste l'univers visuel. On ne pourra certainement pas dire que ce jeu ressemble à un autre sur cet aspect. Il a vraiment sa propre griffe. Comme je le disais avant, j'aime l'idée que les limbes aspirent Dante dans une version parallèle et démoniaque de l'univers (le passage dans la maison style Tim Burton était excellent coeur ). Mais il y a aussi des limites : c'est très flashy dans l'ensemble, et dans certains niveaux, ça arrache la rétine (la mission dans la boîte de nuit a peut-être eu pour objectif de faire perdre quelques points de vue aux joueurs... blind.gif ). Ah et au niveau des graphismes, Ninja Theory oblige, c'est standard. Pas laid, mais pas extra (visages des personnages, certaines textures...). DMC4 explose largement DmC de ce point de vue.

Donc voilà, le jeu est sympa. C'est le même principe que les anciens. Il y a juste quelques nuances dans l'utilisation des armes (pas forcément mieux d'ailleurs), dans la plateforme (là c'est mieux) et dans le scénario (je suis partagée sur les bons points et les mauvais). Et si le jeu a son identité visuelle (visiblement seul intérêt du reboot), je préfère toujours l'univers kitschounet original. En fait, avoir fait DmC me donne envie de refaire un tour de DMC4. Cela dit, je tiens à préciser que le personnage de Dante, dans le reboot, n'est pas si mal que ça. Même en préférant l'original, ce jeune "rebelle" n'est pas si tête à claques en fin de compte. Il est supportable et fait des choix qui font qu'on s'attache un peu à lui.

Je me demande s'il y aura une suite en tout cas. Capcom espérait en vendre 2 millions d'exemplaires. Je crois qu'ils sont à peine au 1 million (s'ils les ont atteints...). Le pire, c'est que DMC4 avait dépassé les 2 millions (donc faudra m'expliquer pourquoi on avait "besoin" d'un reboot, m'enfin). Mais maintenant, j'aimerais quand même bien qu'une des deux histoires continuent, que la licence ne parte pas à la poubelle.


"Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it and fail never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions! Only the ladder is real. The climb is all there is."

Hors ligne

Pied de page des forums

Accès aux sites :     WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson

Propulsé par FluxBB
Adapté pour WebFantasy.fr

[ Générées en 0.138 secondes, 17 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 1005.31 Kio (pic d'utilisation : 1.08 Mio) ]